Quelle est l’ampleur de La Meute dans notre société?

La Meute est un groupe qui gagne en popularité et en visibilité récemment, mais est-ce que le mouvement a un impact aussi grand qu’il désire le faire sembler?

Le groupe à l’étiquetage contesté occupe une position de plus en plus grande dans la sphère politique québécoise, mais ce mouvement mérite-t-il l’attention qu’il reçoit? Quelle est son réel poids dans le paysage politique?  Est-ce un immense groupe qui représente un danger immédiat pour notre société, quelques citoyens inquiets pour leur future ou une simple organisation politique? La Meute est-elle une petite minorité vocale ou un massif mouvement du peuple?

Mise en contexte politique

Établissons premièrement ce qu’est La Meute. Plusieurs étiquette politique leurs son appliqué par différents individus et groupes. La majorité des experts les qualifie d’extrême droite, un courant idéologique qui a typiquement un discours contre-révolutionnaire, très conservateur centré sur les valeurs nationales et qui va souvent être accompagné de nostalgie envers le passé et un discours exclusif. C’est ainsi une étiquette applicable à une variété de groupe et d’organisation. Il y a près d’une trentaine d’organisation sous la mouvance de l’extrême droite au Québec avec différent degrés d’extrémisme.

Il y a des groupes tel que Atalante, qui ont intimidé un journaliste de VICE après la publication d’un article qui leur était défavorable. Il y a aussi La Fédération des Québécois de Souche, qui a, quant à elle, un historique de défense du nationalisme-socialiste, c’est-à-dire l’idéologie du parti nazi. Autrement, il y a III%, une milice pour laquelle il faut détenir un permis de possession d’armes à feu afin de devenir membre.

La Meute, elle, rejette l’étiquette d’extrême droite et maintien s’opposer à toute forme de violence ou racisme. David Morin, professeur à l’Université de Sherbrooke et codirecteur de l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent, considère que La Meute correspond plus à un mouvement populiste, nationaliste identitaire qu’à un d’extrême droite. Il précise tout de même qu’elle converge sur certains thèmes qui sont typique de l’extrême droite tel que l’immigration et que le groupe possède des membres beaucoup plus extrémistes que la position officielle du mouvement.

Le Centre d’expertise et de formation sur les intégrismes religieux et la radicalisation considère que La Meute montre toutes les caractéristiques de l’extrême droite dans son discours public et les qualifie ainsi.

« La Meute, c’est un groupe citoyen de pressions politiques, donc on ne s’attaque pas à des gens. On ne veut pas intimider des gens. On s’attaque à des politiques et des décisions prises par les politiciens. »

Sylvain Brouillette, porte-parole de La Meute.

Idéologie

La Meute réclame donc être un mouvement citoyen pacifique qui se bat pour la laïcité de l’espace publique, la liberté d’expression et contre l’islam radical et l’immigration illégale, précisant qu’elle n’est pas contre les musulmans ou l’immigration.

Pourtant, ce statut de Maikan, le pseudonyme de Sylvain Brouillette, partager par l’ex co-chef Stéphane Roch, semble aller à l’encontre de ce discours.

Photos d’une publication Facebook fait sur le groupe secret de La Meute le 31 mai 2017.

Également, le Barreau du Québec juge utile de rappeler que l’immigration illégal n’existe pas au Canada et que les personnes qui entrent irrégulièrement au Canada des États-Unis reçoive un traitement de leur demande conformément à la loi applicable au Canada.

Le porte-parole de La Meute va notamment mentionner s’inspirer de l’interculturalisme comme modélisé par le rapport Bouchard-Taylor et décrire une crainte de l’imposition du voile. Une autre de leur inspiration est la CAQ, affirmant que 8 des 10 revendications de son groupe relevant des compétences provinciales sont inspirées du programme électoral de 2014 de la CAQ.

Par contre, selon le rapport Bouchard-Taylore, seuls les agents représentant l’autorité de l’État devraient être exempts de symboles religieux de ce type. Cela semble aller à l’encontre de l’insistance de La Meute sur le port du voile dans la vie de tous les jours.

François Legault à, quant-à-lui, qualifié La Meute d’être au bord du racisme et à mentionner qu’il préférait que le groupe ne l’aime pas.

Ce groupe rejette l’étiquette d’extrême droite, mais reconnaît que certaines idées de Donald Trump ou Marine Le Pen rejoignent celles de son organisation. Il maintient également opérer sur le niveau politique, désirant influencer des politiciens.

Taille et mobilisation

La Meute réclame avoir 43 000 membres, en se basant sur le nombre de membre sur leur groupe Facebook secret. Il avance parfois le nombre de 60 000 membres, se basant sur l’addition de leur groupe secret et publique, ce dernier se situant à environs 20 000 membres.

Ces nombres de membres sont contesté de plusieurs.  La donnée de 43 000 membres, étant basé sur le nombre de membre du groupe Facebook secret, va inclure beaucoup de journalistes, de curieux ou de membres de groupes antiracistes. Il y a aussi des personnes qui ne réalisent même pas qu’ils y ont été ajoutés, puisque que l’on peut ajouter quelqu’un à un groupe Facebook secret sans leur approbation.

Similairement, ce chiffre n’est pas une mesure d’activité, ne mesurant que les gens qui sont membre du groupe, mais ne prenant pas en compte leurs interactions avec ledit groupe.

Une mesure du nombre de personnes ayant interagi, c’est-à-dire avoir mis un « j’aime » ou un commentaire sur une publication, au moins une fois avec le groupe secret de La Meute au travers du mois de décembre 2017 est arrivé à une valeur de 4 085 personnes. De ces individus, seulement 500 ont interagi avec le groupe plus de 20 fois dans le mois.

La Meute avance parfois un nombre de militant similaire, à 3 000, en se basant sur le nombre de membre des clans de La Meute. Afin de devenir membre d’un clan il faut être membre du groupe Facebook secret et fournir une pièces d’identité officielle avec une photo.

Lors de l’une de leur plus grande mobilisation, à Québec en août 2017, La Meute à organiser une manifestation contre l’immigration « illégal » avec environ 600 membres présents.

Photos d’une partie des participants à la manifestation du 20 août 2017.

Le groupe s’est, de plus, fait ressortir en septembre 2018 lorsque des graffitis de leur logo accompagné d’une paire d’yeux et du message « LA MEUTE VOUS SURVEILLE » sont apparus sur les locaux électoraux de plusieurs députés de la CAQ, du PLQ, du PQ et de QS. Sylvain Brouillette à affirmer que les graffitis avaient été fait avec de la craie en aérosol et dissocie le groupe de tout vandalisme plus sérieux, mais au moins deux des graffitis, avait été fait avec le peinture.

En juillet 2017 plusieurs membres ont contribué à un mouvement qui a demandé et obtenue un référendum sur l’établissement d’un cimetière musulman à Saint-Apollinaire. Ce référendum a éventuellement mené à l’empêchement dudit cimetière.

Sylvain Brouillette nie l’implication du groupe dans le référendum et dit que son groupe est favorable à ce que la communauté musulmane ait un lieu où enterrer ces morts.

Impacte politique et sociétal

Les opinions sur l’influence de La Meute varient grandement. Leur porte-parole maintient qu’elle se positionne comme un incontournable de l’atmosphère politique au Québec.

Christian Bourque, vice-président de la firme de sondage Léger, considère que la position de La Meute et des groupes similaire n’est pas capable d’atteindre la taille nécessaire pour pouvoir influencer un parti politique. Il dit qu’il sera difficile de passer de cette marginalité à une proposition politique intéressante pour un parti désirant gagner des votes dans une élection. Selon lui, même la CAQ est loin de ces groupes identitaires.

Le sociologue Jean-Philippe Warren, lui, considère que l’immigration, et la peur de celle-ci, est tout de même importante et que les politiciens vont utiliser cette inquiétude pour gagner en popularité, mentionnant la réduction de l’immigration préconisé par la CAQ.

Des policiers qui suivent des groupes comme La Meute vont expliquer être surtout préoccupés par les membres individuels des groupes qui pourraient se radicaliser et potentiellement commettre des actes violents. La crainte est dû au propos haineux qui peuvent être trouvé sur les pages

Similairement, Maxime Fiset, agent de prévention au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV), est critique du double discours que va tenir de tels groupes pour attirer plus de membres.

« La Meute ratisse très large. Elle va édulcorer ses idéologies réelles pour convaincre les gens d’adhérer à son discours. »

Maxime Fiset.

Il va mentionner que La Meute attire une variété d’individus et que le CPRMV en surveille certains qui ont une capacité opérationnelle élevée, possèdent des armes et tiennent parfois des propos génocidaires qui sont membres de La Meute en toute impunité.

David Morin va aussi trouver un certain danger à la position de La Meute. Il maintient que leurs thèmes idéologiques similaire à l’extrême droite va attirer des membres beaucoup plus extrémistes que la position officielle du groupe et que la convergence de ces différent niveaux d’extrémistes en un mouvement va normaliser un discours plus problématique.

La Meute, elle, maintient expulser les membres qui tiennent des propos racistes.

Future

La Meute est donc clairement un mouvement polarisant qui attire une variété d’opinions à leur sujet. Quoique clairement plus modéré que des mouvements d’extrême droite comparable, elle tient tout de même un discours qui va à l’encontre de la plupart des politiciens. Accompagné d’une taille incertaine et d’un impact difficile à mesurer cela fait du mouvement une chose compliquée à évaluer. Il faudra définitivement maintenir un œil sur le groupe dans le futur.

Justin Briand

Source:
La mouvance de l’extrême droite plus visible au Québec | Contexte, Impact.
Démystifier l’extrême droite | Contexte, Impact.
La Meute et les Soldiers of Odin chahutent un colloque sur l’extrême droite | Contexte.
Un groupe d’extrême droite intimide des journalistes de Vice dans leurs bureaux à Montréal | Contexte.
Une milice armée d’extrême droite s’implante au Québec | Contexte.
Archive du site de la Fédération des québécois de souche | Contexte.

L’identité au Québec: quel impact aura l’extrême droite? | Idéologie, Impact.
Le groupe identitaire La Meute insiste qu’il s’inspire de la CAQ | Idéologie.
François Legault dit qu’il préférerait que La Meute ne l’aime pas | Idéologie.
Publication du Barreau du Québec | Idéologie.
L’EXTRÊME DROITE QUÉBÉCOISE SE MOBILISE | Idéologie.

La Meute : combien de divisions ? | Taille
Péter la balloune de La Meute | Taille
43 000 membres pour le groupe d’extrême droite la Meute | Taille
La Meute s’invite dans la campagne | Taille
L’extrême droite québécoise s’invite dans la campagne électorale | Taille
L’implication de La Meute dans le camp du Non à Saint-Apollinaire | Taille

La Meute recrute en région | Impact
La Meute à Granby: les citoyens appelés à l’ouverture et à la vigilance | Impact

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils