Portrait d’un mouvement : les gilets jaunes expliqués du début jusqu’à aujourd’hui

D’abord un mouvement concentré dans les campagnes françaises pour protester contre la taxation du gazole (diesel), le mouvement des gilets jaunes est aujourd’hui devenu une lutte populaire avec comme revendication, des demandes allant d’une démocratie plus représentative à un meilleur pouvoir d’achat.

Les débuts

Le mouvement des gilets jaunes est d’abord apparu suite à un appel aux manifestations sur les réseaux sociaux en octobre 2018 suivant l’annonce du gouvernement Macron d’une hausse des taxes sur le prix du gazole ainsi que du SP95 (l’essence sans plomb ordinaire) à la pompe. En réponse à cela, des blocages et des opérations « escargots » ayant pour but de bloquer les routes françaises se sont organisées un peu partout dans les régions pour protester contre ces prix atteignant des taux d’inflations jamais vue. Ces manifestations ont fini par se transformer en novembre dernier en un mouvement décentralisé une large majorité de français. cette hausse toucherait surtout les ménages les plus pauvres, Beaucoup d’entre eux ayant déjà de la difficulté à arrondir les fins de mois. Bien d’autres revendications se sont ajoutées à la liste qui tourne toujours autour des mêmes points comptant parmi eux, entre autres : la justice fiscale, la quête d’une démocratie plus directe, l’écologie, la création d’emplois… la liste continue.

La taxe « écologique »

Ce qui justifie cette hausse selon le gouvernement français serait des raisons écologiques.  Cette initiative aurait pour but d’inciter la population à acheter des véhicules électriques ou qui consomment moins. Or, chez les plus pauvres, il est pour la plupart du temps impossible de changer de véhicule, leur pouvoir d’achat étant trop limité.

Sur les taxes perçus sur les produits pétroliers : seulement 19% est alloué à la transition écologique.

Dans le cas présent, il faut comprendre que le pétrole était déjà massivement taxé en France (58.6% pour le diesel, 61,4% pour le SP95; en comparaison, le Canada taxe ses carburants autour de 5%) de même pour les pays européens où elle occupe le troisième rang sur le podium.

Un autre point important à mentionner, c’est que, selon une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), les pauvres seraient ceux qui polluent le moins, et les riches, le plus. Ils ont en moyenne une distance plus élevée entre leurs domiciles et leurs travail et ils prennent d’avantage l’avion, celui-ci étant le moyen de transport le plus polluant au monde, et de loin. Le kérosène, le carburant des avions, n’est pas taxé en France.

 

ci-dessus, on peut voir les différents taux de pollutions de plusieurs moyens de transports.

Source photo : ecoconso.be

8,8 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté, 35% d’entre eux habitent en région et doivent donc utiliser leurs voitures quotidiennement.

 Réforme fiscale

« L’art de gouverner consiste à prendre le plus d’argent possible à une catégorie de citoyen afin de le donner à une autre »

Voltaire

Mutation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF)

Parmi les promesses électorales d’Emmanuel Macron se retrouvait la réforme de l’ISF, un impôt sur le capital des plus riches. La mutation transforme l’ISF en IFI, l’impôt sur la fortune immobilière, qui, en comparaison avec l’ISF, ne prélève de l’argent que sur le patrimoine immobilier. Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), seulement 16% de la fortune des plus riches serait de l’immobilier. En fait, selon cette même étude, il est estimé qu’en moyenne : plus un individu est riche, le moins sont patrimoine serait immobilier. Bilan des courses : la majeure partie des revenues engendrées par cet impôt est perdues.

Réforme de la taxation sur le capital

Le capital, c’est le profit que fait une entreprise ou un individu. L’État perçoit de par cette taxe, de l’argent, par exemple, sur des revenus de loyers ou sur des dividendes – bénéfices provenant d’une action – pour ne nommer que quelques exemples. La loi sur la taxation du capital a, elle aussi, été touché par une réforme. Avant cette révision, la taxation marchait par palier, cela voulait dire que plus une activité faisait de profit, plus elle devait payer un gros pourcentage de taxe. Le gouvernement français a instauré ce qu’on appel une « FLAT TAX ». Cela veut dire que peu importe le profit engrangé, tout le monde va payer la même chose. Donc quelqu’un qui loue une chambre dans son appartement va payer le même pourcentage qu’un millionnaire qui est propriétaire d’une vingtaine d’immeuble dans le centre-ville de Paris. Les plus hauts paliers pouvaient monter jusqu’à 62%. Monsieur Macron a annoncé que la réforme devrait placer ce chiffre autour de 30%

La somme totale perdue par la réforme de l’ISF et de la taxation sur le capital est, par année, d’environ 4 milliards d’euros.

La somme totale amassé par la hausse des taxes sur les carburants est, par année, d’environ 4 milliards d’euros.

Dans la photo ci-dessus, on peu voir la répartition du patrimoine selon le niveau de richesse. On peut constater que les plus riches détiennent un patrimoine majoritairement mobilié
Dans la photo ci-dessus, on peut voir la répartition des deux types de patrimoines selon le niveau de richesse. On peut y constater que les plus riches détiennent un patrimoine majoritairement mobilié.

Source photo : étude de l’OFCE : « transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière »

« Qui sème la misère récolte la colère »

Slogan de manifestation

Malgré une participation aux manifestations qui semblerait avoir tendance à baisser, après trois mois de luttes acharnées, les plus motivés persistent et continuent de manifester, fin de semaine après fin de semaine malgré la scandaleuse brutalité policière dont ils sont victimes.

Selon un témoignage d’un officier de la compagnie républicaine de sécurité (CRS) : « les ordres donnés par les supérieurs face aux protestations étaient extrêmement agressifs et injustifiés » en les comparants avec des expériences passées. La crise des gilets jaunes a causé la mort de 12 personnes, directement ou indirectement, et blessé plus de 1700 autres. Certains ont perdus un œil, d’autre une main. À Marseille, une femme de 80 ans est morte après avoir reçus une grenade lacrymogène en plein visage.

Pour beaucoup, cette violence est ce qui les a convaincus de ne plus sortir dans la rue, pour d’autre, c’est une frustration de plus qui s’ajoute à la liste.

En réponse au mouvement, monsieur le Chef d’État s’est adressé à la population, offrant des « solutions » aux demandes des gilets jaunes. Notez bien les guillemets car pour certains telle la chaîne YouTube Osons Causer, et certains autres influenceurs et portes paroles du mouvement, ces dites « solutions » ne serait que des promesses déguisées, avec des preuves à l’appui.  Dès lors, Il semblerait qu’il y ait encore du chemin à faire.

Félix Gravereaux

 

Sources:

osonscauser.com :

Réforme des impôts : Macron le président des ultra-riches

Les gilets jaunes expliqués aux parisiens. Les raisons de la colère

LE BON SENS : 

GILETS JAUNES : UN MOUVEMENT INARRÊTABLE

OFCE : 

OFCE : TRANSFORMATION DE L’ISF EN IMPÔT SUR LA FORTUNE IMMOBILIÈRE

Prix des carburants à la pompe :

marianne.net

lefigaro.fr

Bilan des morts et blessés :

ricochets.cc (attention ce lien contient des photos qui pourrait offenser certaines personnes)

liberation.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils