Courir encore plus vite

 

Courir encore plus vite

Un film tragique, dramatique, et émouvant,…  durant lequel notre pouls s’abaisse et s’élève constamment.

Sarah, le personnage principal du film. Photo : toutelacultre.com

Vivre dans l’hostilité.  Endurer des soucis.  Courir en pleine conscience.  C’est ce que le personnage nommé Sarah du long-métrage Sarah Préfère la course, incarné par l’actrice Sophie Desmarais vit, endure et fait, dans les années 2000.  Et ce, constamment.

Ayant grandi à Québec, elle quitte la demeure de ses parents à l’âge de 20 ans pour courir dans l’équipe de course de l’Université McGill…  À Montréal! Ceci fut à la grande désapprobation de sa mère, qui l’encourage plutôt à se concentrer sur des études spécialisées en vue d’exercer un métier ou une profession qu’elle accomplira dans les prochaines années de sa vie, plutôt que de vivre en colocation dans un petit appartement avec son ami Antoine Breton, incarné par Jean-Sébastien Courchesne, avec qui elle vit fréquemment des moments sombres.  À son grand désarroi, des péripéties négatives s’empilent  et finalement elle apprend une nouvelle choquante, déprimante,…  Bouleversante.  Cependant, cela ne la freine point à s’accomplir dans sa passion: courir encore plus vite.

Le silence du film ne provient pas que de l’ambiance du film…  Surtout de Sarah.  Sarah est une fille souvent silencieuse.  Elle a peu tendance à prendre l’initiative de s’engager dans une conversation: elle est très réservée. Est-elle excessivement pensive?  Éprouve-t-elle de la rancune envers quelqu’un qui l’a blessée?  Éprouve-t-elle du remords envers son passé?  Ou encore, est-elle préoccupée?  Nous n’en saurons jamais la réponse puisque ce film laisse beaucoup de place aux sous-entendus et à l’incompréhension de la part de l’auditeur.  Par conséquent, celui-ci peut éprouver de la difficulté à comprendre le sens profond de certains moments du film.  C’est notamment à cause des silences de Sarah qu’on peut éprouver de l’incompréhension à certains moments.  Mais tel que mentionné précédemment, l’ambiance y est un peu pour cela aussi: par exemple, à quelques reprises, dans le film, on pouvait observer Sarah courir devant un sobre paysage naturel.

Par ailleurs, il ne faut surtout pas oublier que l’apparence des acteurs en lien avec le rôle qu’ils incarnent est très importante!  L’actrice Sophie Desmarais a également dû travailler fort en s’entraînant pour obtenir le presque-physique, l’allure et la démarche d’une coureuse de haut niveau!

Quelques chapitres drôles du film ont marqué certaines personnes comme celui où Antoine chante très mal, fausse même!  Bien que Sarah demeurait silencieuse pendant ce temps, ce fut selon à certains yeux un moment un moment qui diversifie les émotions ressenties par l’auditeur, qui ajoute de la gaieté surtout aussi.

Finalement, nous espérons de tout coeur que d’autres films de ce genre seront créés, qu’il y ait un jour une suite possible à ce film, et enfin, un participation supplémentaire de la part de l’actrice Sophie Desmarais à d’autres films, émissions de télévision, ou publicités.  Tout cela dans un avenir rapproché.

toutelaculture.com

next.liberation.fr

toutlecine.challenges.fr

lexpress.fr

 

Laurence Blackburn

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils