Une rude compétition

Il était 8:00 sur le réveille-matin lorsque Samuel cria : « Je vais être en retard à la compétition! »  En effet, il participait à une compétition informatique où il fallait programmer un robot pour impressionner les juges.

 

Samuel avait déjà programmé le sien pour danser la Flosse à une grande vitesse.  Il avait regardé en ligne ce que les autres faisaient et quelqu’un avait fait sauter son robot à 30 mètres de haut.  La compétition serait rude.

 

Avec l’intention de se dépasser, il programma son robot pour briser une brique (il se dit que personne ne pourrait faire mieux).  Malheureusement, en surfant sur le Web, il découvrit que quelqu’un venait de programmer le sien pour casser deux briques à la fois.  Il n’y parviendrait jamais…

 

Pas entièrement découragé, il devait faire quelque chose que personne ne pouvait faire mieux.  Mais quoi?  Soudain, il trouva la solution : un robot qui reconnaîtrait les émotions humaines.  Il se dépêcha, partit en courant et présenta son robot.

 

La fin de la compétition sonna.  Samuel croisa les doigts.  On allait annoncer le vainqueur… « Et le vainqueur est… SAMUEL! ».  Il était fou de joie.  On lui remit un trophée en lui proposant de choisir entre deux prix : un trampoline ou un robot.  Il prit le robot car il voulait continuer l’année prochaine.  Mais aurait-il autant de chance l’an prochain?

 

Un sommeil inexpliqué

Depuis sa majorité, Mathieu dormait chaque nuit dans sa voiture délabrée.  Seulement cette fois-ci, quand il se réveilla, il n’était plus dans son automobile…  Il se trouvait sur l’asphalte!

 

Malgré sa faiblesse et sa surprise, il réussit à se lever pour se rendre compte qu’il était perdu.  Il tenta de crier à l’aide mais aucun son ne sortit de sa bouche.

 

Il erra donc dans les rues mais un bruit l’interpella; c’était une personne sortant de chez elle.  Pour rattraper l’habitant, il commença à courir, mais sans succès, car il était bien trop faible.  Il ne savait toujours pas d’où cette faiblesse venait…

 

Il marcha sans trop penser où il allait quand soudain, il eut une idée: il pourrait tout simplement appeler ses parents en utilisant le téléphone d’une maison.  Mathieu était stupide de ne pas y avoir pensé plus tôt.  Il se dirigea vers un logement dont les lumières étaient allumées puis il sonna.  Un homme lui répondit.  Mathieu raconta son histoire tant bien que mal sur un bout de papier, car il n’avait toujours pas retrouvé sa voix.  Le citoyen ayant enfin compris alla chercher son téléphone.  Mathieu composa leur numéro, et quelques secondes plus tard, sa mère lui répondit.  D’une voix faible, Mathieu informa celle-ci qu’il se trouvait au 5815 rue Des Chênes dans la ville de Mont-Laurier.  En tout cas, c’est ce que l’homme venait de lui dire.

Quand ses parents arrivèrent,  Mathieu raconta son histoire entière (du moins ce qu’il savait), avec le filet de voix qu’il retrouvait peu à peu.  Éberlué par son aventure abracadabrante, il se sentait tout de même en sécurité auprès d’eux.  Craignant de se rendormir de nouveau et malgré sa grande fatigue, Mathieu ne dormit pas un poil de tout le trajet.

Encore aujourd’hui, cela reste toujours un mystère pourquoi il s’est retrouvé là et comment.  Par contre, Mathieu a depuis trouvé un travail assez payant pour se payer un loyer.  Malheureusement, on ne retrouva jamais sa voiture…

L’intimidation

Il était une fois un jeune ado appelé Vincent.  Il se faisait intimider par des grands.  Un jour, il fallait que ça arrête!

 

À chaque jour, il se faisait voler son repas, insulter et donner des coups. Son plan était d’aller demander au directeur et à ses parents de l’aider.

 

Le directeur est allé parler aux élèves en question. Malgré ça, le lendemain, il se faisait encore intimider. Il décida de redemander au directeur et à ses parents d’intervenir.  Le directeur les a avertis de nouveau. Malheureusement, il a continué à se faire intimider. Il était fou de rage, il n’en pouvait plus de cette situation.

 

Tout à coup, une idée lui vient en tête: il va s’inscrire au karaté pour se défendre et défendre les autres, car il n’était pas le seul à se faire intimider. Bien que son premier cours a été une réussite, il avait des croûtes à manger.  Alors, il fut patient.

 

Un mois plus tard, alors que les intimidateurs continuaient, il était prêt à se défendre.  Et il leur a mis une bonne raclée!  Les intimidateurs sont partis en courant « C’est fini l’intimidation à partir de maintenant », dit Vincent. En effet, plus personne ne l’intimida.  Malheureusement, quelqu’un a filmé la scène, la vidéo est devenue virale, et Vincent a eu de très gros problèmes avec la police.  « La violence n’est vraiment pas la solution. »

L’étrange retour d’Emma

Je revenais de plusieurs mois dans ma retraite d’écrivaine. Comme au lendemain d’une terrible calamité, l’aéroport était désert, il n’y avait pas un chat. C’était la première fois que je voyais ça; c’était très étrange. Très fatiguée parce que je n’ai pas dormi de la nuit, j’ai décidé d’aller m’acheter un café chez Tim Hortons.

 

J’essayai d’ouvrir la porte, mais celle-ci était bloquée. Une affichette indiquait: « Règle gouvernementale ».   À la place, j’ai donc décidé de sortir prendre l’air, « Ça va me faire du bien ».   Tout en marchant, c’est alors que je réalise… « Mais… Ça ne se peut pas, tout le monde a des masques! Pourquoi? »

 

Je décide d’aller demander à quelqu’un ce qui se passe. Toutes les personnes rencontrées parlaient anglais, donc je n’ai absolument rien compris.

 

C’est alors qu’une personne m’invita à regarder sur le panneau. Sur celui-ci, il était écrit; « Pour en savoir plus, allez sur covid-19/règlements.pandémie.ca ». Je comprends tout maintenant! Il y a une pandémie qui s’appelle la Covide-19 et on doit tous travailler de la maison pendant… 2 MOIS !?  C’est une blague?

 

Je décidai de me calmer et d’aller chercher un masque à la pharmacie.  car je dois retourner à la maison pour travailler.  J’en profiterai pour m’acheter un petit quelque chose à l’épicerie, parce que j’ai très soif et très faim.  Je raconterai donc la fin de cette histoire une autre fois.

Coincé dans un labyrinthe

Joe et Bob étaient invités à une fête d’Halloween.  Il y avait une fameuse rumeur d’un labyrinthe hanté de loup-garous et de fantômes.  Alors que Joe voulait montrer son courage à Bob, c’est alors qu’ils entrèrent dans le labyrinthe.

– Tu crois que ça fait combien d’heures qu’on est dans le labyrinthe? dit Joe à Bob.

– Une heure.

-Tu crois qu’on est perdus?

-Oui.

-Il faut sortir, et vite.

 

Joe essaya de grimper les murs du labyrinthe mais ça ne marcha pas, alors ils continuèrent le labyrinthe.  Tout à coup, ils virent une ombre de loup-garou.  Ils s’approchèrent de plusieurs pas… mais ce n’était qu’un toutou.

Joe essaya de creuser pour sortir du labyrinthe, Joe avec une pelle et Bob avec une pioche, mais ça ne marchait pas parce que le plancher était fait en béton.  Bob a trouvé un drap.  Il y a fait deux trous et dit:  « Je suis un fantôme.  Je t’ai eu. »

C’est alors que Joe eut une idée.  Il dit a Bob

-Bob, tu sais, la pioche de tantôt, va la chercher car j’ai découvert que les murs étaient faits en plastique.  Il essaya de casser une bonne dizaine de murs et ils ont réussi.

« Je ne retournerai jamais dans un labyrinthe. »

 

 

 

 

 

Une perte

Lors d’une journée ensoleillée, deux meilleures amies s’en allaient au parc La fontaine. Une s’appelait Alice, l’autre Camille.  Elles avaient 10 ans chacune.  Après quelques heures de tag et de cache-cache, Camille et Alice étaient très fatiguées et décidèrent de rentrer à la maison.  C’est alors que Camille réalisa qu’elle avait perdu le collier que sa sœur lui avait prêté.

Elles cherchaient partout et Camille était désespérée. Elles prirent leur sac et coururent à la maison de Camille en croyant qu’elle n’avait pas mis le pendentif.  C’était le préféré de sa grande sœur.  Mais Camille et Alice n’ont rien trouvé à la maison de Camille.

Alice regarde dans le sac de Camille, et dans sa veste, mais aucune trace du pendentif.   Elles sont allées s’asseoir sur le canapé et Alice pensait: « Le collier pourrait être au parc sans doute ».

Elles courent vers le terrain de jeux. En entrant dans le parc La Fontaine, elles voient quelque chose qui brille au soleil sur une table à pique-nique du terrain. Camille alla jeter un coup d’œil; c’était le pendentif!  Camille était vraiment soulagée.

En conclusion, n’amenez pas vos objets précieux n’importe où et faites attention. Avez-vous déjà perdu un objet précieux?

Aller à la barre d’outils