18
Juin
2014
1

La bibliothèque de M. Linden

Mia a gagné le prix des douze ans au concours d’écriture Harris Burdick avec ce texte!

Bravo Mia!

La bibliothèque de M. Linden

Par Mia 6e année, avril 2014
Emma adorait les livres. Elle pouvait passer des heures enfermée dans sa chambre à lire. Par un bel après-midi, Emma alla rendre ses livres à la bibliothèque de M. Linden. Elle adore se promener un peu partout dans les rayons et prendre quelques livres au hasard. Soudain, un bruit provenant d’en dessous d’un meuble l’attira. Elle se pencha pour voir. Elle glissa sa main sous le meuble et elle en sortit un livre tout noir avec une écriture argentée où l’on pouvait lire « Zura, un monde sans pitié : deux histoires passionnantes ». Bizarre, se dit Emma, mais elle le glissa quand même sous son bras. Au comptoir d’emprunt, le bibliothécaire passa ses livres un à un quand soudain il s’arrêta sur le livre qu’Emma avait trouvé sous le meuble. Le bibliothécaire regarda le livre d’un air étrange. La jeune fille se demandait ce qui le poussait à agir ainsi. À ce moment, il glissa le livre sous son bras et partit en courant et en criant à tue-tête : « M. Linden! M. Linden! M. Linden ». Un gros monsieur sortit du bureau et dit : « Bon, bon, bon, calmez-vous François. Que se passe-t-il? » François remit le livre à M. Linden et celui-ci le regarda tout aussi étrangement que l’avait fait le bibliothécaire. Le gros monsieur s’approcha d’Emma et lui dit : « Ma chère petite, ce livre n’aurait pas dû être dans la bibliothèque ». Emma comprit qu’elle ne pourrait pas le lire alors, d’un geste brusque, elle s’empara du livre. C’était un geste incontrôlé, comme si quelqu’un ou quelque chose la forçait à prendre le livre. Elle se mit à courir, suivie de M. Linden et de ses employés. Pendant que la petite fille s’enfuyait, M. Linden lui criait : « Ce livre est maléfique! Je ne veux pas que l’histoire se répète! Gare à toi, parce que la troisième nuit sera peut-être ta dernière ici dans ce monde. Redonne-nous le livre avant qu’il ne soit trop tard! »
Emma ne voulait pas l’écouter. Elle s’élança dans une petite ruelle pour échapper à ses poursuivants. Quand elle fut certaine d’être sauvée, elle sortit de sa cachette et se dépêcha de rentrer chez elle. Elle n’arrêtait pas de penser aux paroles de M. Linden : « Je ne veux pas que l’histoire se répète… » Quelle histoire? se disait Emma. Mais bon, elle était là et elle avait le livre, elle n’allait pas faire demi-tour. Arrivée à la maison, elle courut à sa chambre pour s’installer confortablement sur son lit, puis elle ouvre le livre. Sur la première page il était écrit INSTRUCTIONS. Drôle d’idée de mettre des instructions, se dit Emma, comme si l’on ne savait pas lire un livre. Puis, elle tourna la deuxième page. Elle sursauta en voyant la page vide. Il n’y avait rien d’écrit, alors elle tourna encore la page : elle aussi était vide. Elle passa chacune des pages du livre et toutes les pages étaient vierges. Alors, elle se dit que ce n’était pas si mal d’avoir écrit des instructions. Elle retourna à la première page et commença à lire.

INSTRUCTIONS
Bonjour cher lecteur! Vous trouvez sûrement bizarre que j’aie écrit des instructions, mais vous devez savoir que ce livre n’est pas comme les autres. Il y a des instructions strictes à suivre, sinon ça pourrait virer en catastrophe.
Première règle : attendez que ce soit l’heure de vous coucher et apportez le livre.
Deuxième règle : lorsque vos parents vous croiront couché, vous ouvrirez le livre grand ouvert à la deuxième page. Une phrase apparaîtra. Lisez-la bien parce que cette phrase pourrait dire quelque chose de très important. Après avoir lu la phrase, laissez le livre grand ouvert à côté de vous et endormez-vous.
Troisième règle : la troisième règle doit être la plus respectée de toutes, vous ne devez jamais, au grand jamais, parler de ce que vous avez lu ou vu. Sinon, ce sera la fin de votre lecture!
Merci et bonne lecture!
Mais pourquoi ne pouvait-elle pas parler de ce qu’elle avait lu ou vu? En plus, on ne voit pas dans un livre! Emma suivit exactement les instructions. Une petite phrase apparut sur la page vierge : « Là où il fait chaud et humide ». Où il fait chaud et humide? se répéta Emma. Elle eut beaucoup de difficulté à s’endormir. Quand finalement le sommeil la gagna, le livre commença à trembler, trembler tellement fort que le lit vibrait. Quelques secondes plus tard, une petite plante sortit du livre et recouvrit Emma de la tête aux pieds. D’un geste rapide, la petite plante entraîna Emma dans le livre et en une fraction de seconde, elle disparut. Elle se réveilla, toute en sueurs, au pied d’un arbre. La jungle l’entourait. Emma comprit vite ce que voulait dire la phrase de la deuxième page.
Emma entendit un rugissement, le rugissement d’une bête sauvage. Des yeux verts globuleux la regardaient. La bête sauta soudainement hors de sa cachette. C’était un étrange lion gigantesque à la crinière noire, au pelage brun foncé et aux dents tellement pointues qu’on aurait dit des lames de couteau. Il avait le regard sombre, comme si une colère énorme bouillonnait en lui. Emma cria le plus fort qu’elle put et se mit à courir à toutes jambes, suivie du lion. Emma vit un arbre et grimpa le plus haut possible. Le lion s’arrêta pile devant l’arbre, il grogna de colère et Emma le nargua en lui faisant des grimaces : « Nananinanère, tu ne peux pas m’attraper ». Le lion eut alors un sourire diabolique. Il se gratta trois fois l’oreille, puis soudain ses griffes commencèrent à s’allonger, à s’allonger. Emma regarda les griffes d’un air terrifié, elles faisaient au moins la longueur d’une règle, puis le lion commença à rentrer ses griffes dans l’écorce de l’arbre et grimpa. Emma regarda partout autour d’elle et vit une liane. Elle s’y accrocha et « 1-2-3— Go » elle se lança juste au moment où le lion allait l’attraper. Elle était saine et sauve. Quelques secondes après qu’elle se soit lancée, elle remarqua que la corde n’était pas assez solide. À ce moment, la liane tomba comme une vieille corde et la jeune fille tomba dans le vide. On entendit un gros PLOUF! C’était Emma qui était tombée dans une petite rivière profonde. Elle sortit la tête hors de l’eau et vit la terre ferme qui n’était pas si loin alors elle se mit à nager. À peine arrivée sur la terre ferme, elle sursauta en entendant de gros pas s’approcher d’elle. Elle croyait que c’était le lion qui l’avait retrouvée, alors elle chercha une cachette et trouva un petit trou dans un arbre. Elle s’y faufila. C’est alors qu’elle sentit la terre trembler, elle comprit vite que ce n’était pas le lion. C’était quelque chose de gigantesque. Emma vit cinq énormes singes, ils étaient gros comme des mammouths. Un singe fit tomber l’arbre où elle était cachée, elle cria de toutes ses forces. Le gigantesque singe s’arrêta, regarda à l’intérieur de l’arbre et il la vit. Il prit l’arbre et commença à l’enfoncer dans sa bouche. C’était comme une déchiqueteuse vivante. Au moment où Emma allait se faire décapiter, elle disparut. Elle se réveilla couchée sur son lit. Son livre était à côté d’elle, mais quelque chose avait changé : il était écrit Chapitre deux et une cinquantaine de pages avaient été tournées. Elle retourna à la page deux, elle sursauta en voyant que la page n’était plus vide, il y avait une fine écriture noire. Alors, Emma commença à lire la première page puis la deuxième et la troisième et elle comprit que c’était exactement ce qu’elle avait vécu : le lion, les gros singes, etc. Mais il y avait seulement un détail de différent, la petite fille n’était pas Emma. C’était une petite fille du nom de Mariane.
La journée suivante passa très rapidement pour Emma parce qu’elle avait très hâte de retrouver son livre. Elle se disait que ce n’était pas dans n’importe quel livre qu’on pouvait voir ce qui était écrit qu’en rêve. Arrivée à la maison, Emma fit ce qu’elle faisait tous les soirs : ses devoirs (si elle en avait), elle soupa, prit sa douche, mit son pyjama et se brossa les dents. Avant de se coucher, elle n’oublia pas d’apporter le livre. Elle attendit quelques minutes avant de l’ouvrir pour que ses parents la croient endormie. Elle ouvrit tout grand le livre au chapitre deux et une petite phrase apparut : « Attention, vous serez mouillée!». Emma courut mettre un maillot de bain et retourna se coucher. Cette fois-ci, elle s’endormit rapidement, elle avait hâte. Puis, quand elle fut bien endormie, le livre commença à trembler comme la veille, puis il arrêta. Une plante sortit du livre et recouvrit Emma de la tête au pied. D’un geste rapide, elle l’entraîna dans le livre. Emma se retrouva couchée sur une énorme raie. Elle s’assit et regarda autour d’elle. Elle était sous l’eau. Ce qui l’étonna le plus c’est qu’elle respirait sous l’eau et elle ne respirait pas par son nez. Elle respirait par des trous en dessous de ses oreilles comme un petit poisson. Ça faisait au moins une heure qu’Emma était sur le dos de la raie quand celle-ci s’arrêta abruptement. Une vague de poissons arriva. Les poissons commencèrent à tourner autour d’elles. C’était un spectacle magnifique à voir. Emma était éblouie. Mais ce magnifique spectacle ne dura que quelques secondes, car il se transforma en horreur. Les poissons devenaient peu à peu des flaques de sang qui devinrent un tourbillon de sang qui tournait autour d’Emma et de la raie. La jeune fille fut tellement traumatisée par ce spectacle affreux qu’elle tomba dans les pommes. Elle se réveilla couchée sur le sable du fond marin, elle se leva et commença à nager entre les coraux. Elle goûta à une algue qu’un poisson lui avait conseillée et dès qu’elle l’eut mise dans sa bouche elle la recracha en un clin d’œil. Par la suite, elle arriva devant une pancarte où il était écrit : « Défense d’entrer ». Elle se dit alors que c’était sûrement à cet endroit qu’elle trouverait sa prochaine aventure. Elle avança dans le petit village, le village était vide. On n’y voyait rien à part des vielles maisons en décomposition et une grosse pancarte où il était écrit : « Bienvenue à Rokaine Ville ». Ça devait être une ancienne ville de requins, se dit Emma. Tout à coup, un gros requin sortit d’un buisson d’algues. Emma se mit à nager le plus vite possible, mais le requin la rattrapa. Il ouvrit grand la bouche et au même moment elle disparut. Elle se réveilla, toute mouillée, dans son lit. Le livre était à côté d’elle, ouvert. On pouvait y lire : Chapitre trois. Elle retourna avec empressement au chapitre deux et lut. Tout ce qu’elle avait vécu était là, mais il y avait encore un petit détail de différent. Il ne s’agissait pas d’elle, ni de Mariane, ni même d’une fille, c’était un petit garçon qui s’appelait Thomas qui vivait les aventures.

Cette journée-là passa encore plus vite que la veille. Emma en voulait toujours plus. Il y avait cependant un détail qui lui faisait peur. C’était ce que M. Linden avait dit : « Gare à toi parce que la troisième nuit sera peut-être ta dernière dans ce monde ». Mais bon, tout se passait quand elle était dans un rêve et un rêve ce n’est pas réel se disait-elle. Mais tout ce qu’elle avait vécu n’était pas un rêve. Arrivée à la maison, elle fit sa routine comme tous les soirs et à l’heure de se coucher elle n’oublia pas le livre. Elle attendit que ses parents la croient endormie puis, elle l’ouvrit. Deux petites phrases apparurent. La première phrase « Votre aventure ». Pour lire la deuxième phrase, Emma dut aller chercher une loupe tellement c’était écrit petit, la phrase disait : « Bonne chance ». Cool, se dit-elle, je vais pouvoir créer ma propre aventure. Elle s’endormit et le livre se mit à trembler, le livre arrêta de trembler et une petite plante sortit du livre. Elle recouvrit Emma de la tête au pied et elle disparut. Le lendemain matin, on n’entendit pas Emma se lever pour prendre son déjeuner, on ne la vit pas partir à l’école. Sa mère, inquiète, alla cogner à sa porte. Elle cogna trois fois. Pas de réponse. Alors, elle ouvrit la porte et elle ne vit pas Emma dans son lit. La seule chose qu’il y avait dans le lit d’Emma c’était un livre tout noir sur lequel il était inscrit : « Zura, un monde sans pitié. Trois histoires passionnantes ».
M. Linden l’avait prévenue pour le livre, mais maintenant c’était trop tard. Elle était déjà très loin, dans un monde atroce où elle allait rester jusqu’à la fin de ses jours, et la fin de ses jours approchait de plus en plus vite.

Fin
 

Ecrit par Isabelle dans : 456 C,Arts littéraires | Tags :

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | TheBuckmaker.com WordPress Themes | Traduction WordPress tuto

Aller à la barre d’outils