16
Mar
2015
1

Le voyage d’Élianne

Bonjour cher lecteurs et lectrices,

Je m’appelle Élianne, j’ai 10 ans, j’adore voyager, mes parents, ma sœur et moi avons réalisé Un rêve. Je voulais vous en parler.

Au tout début, mes parents avaient un tout petit bateau de 17 pieds. Il s’appelait L’escapade. Ma sœur et moi ne l’avons pas connu. Quand nous sommes nées, notre tout premier bateau était Brin d’Étoile, mais avant cela, nous louions des bateaux. Ensuite, nous avons décidé d’avoir un plus grand bateau de 40 pieds. On avait 3 choix de noms pour notre bateau; Olivier, Donquillechotte et Élijuju. Après plusieurs réflexions, nous avons décidé de le baptiser Donquillechotte.

bateau donquillechotte

 

 

 

 

 

 

Le départ pour partir vers le Sud a été difficile pour mes parents, ma sœur et  moi parce que nous savions que peut-être qu’en revenant nos amis ce seraient fait d’autres amis. Pour les parents, c’est sûr, ce n’est pas la même chose, leurs inquiétudes étaient leurs emplois, la maison, etc.

Le retour aussi a été difficile parce qu’on savait que cette belle aventure allait finir. Que la vie normale allait revenir et le cours de la vie :(.   Depuis 2 ans, nous déprimons en regardant  les photos de notre voyage, puisque cela fait deux ans que nous sommes revenues de notre voyage.

Un article d’Élianne

30
Mai
2013
2

Cuba vue sous un autre angle

Par Juliette

Situation de départ; La colonisation de Cuba                                     

L’histoire de Cuba commence en 1492. Christophe Colomb la* découvrit lors de son premier voyage et pensa avoir trouvé le Japon!  Les premiers habitants qui vécurent à Cuba étaient les Taïnos et les Ciboneys.(1)

Dès le début, l’île a appartenu aux Espagnols qui l’ont colonisée. Les Espagnols ont prélevé les réserves d’or en très peu de temps. Alors, ils ont commencé à planter la canne à sucre, le café et le tabac. Ils ont vite épuisé leurs réserves de Cubains à cause des massacres, du mode de travail très intense et très difficile et surtout des maladies importées d’Europe qui étaient inconnues à Cuba. Ainsi, les Africains arrivaient en quantité industrielle.

Élément déclencheur; La guerre de dix ans

En 1868, Carlos Manuel de Cespedes, un riche propriétaire de terre décide de relâcher ses esclaves et part une guerre contre les Espagnols pour arrêter  l’esclavage. En faisant cela, il déclenche la Guerre des dix ans.  Les États-Unis soutiennent Cuba.  Plusieurs bateaux débarquent pour combattre contre les Espagnols.

Mais même avec cette aide, les Espagnols font une victoire sanglante. Par contre, les Cubains ont fait une demi-victoire parce qu’en  1886 une loi est mise en place pour l’abolition de l’esclavage.   Mais les changements attendus à la suite de cette entente ne sont pas réalisés. Alors les Cubains repartent en guerre. Une guerre sur l’indépendance de Cuba devient réalité le 29 janvier 1895. Les Espagnols fatigués veulent en finir, alors ils envoient  280 000 autres soldats pour aider les 21 777 soldats déjà sur place. Cuba réussit avec de la difficulté à chasser les Espagnols au début de l’année 1898.

(1)Les informations ont été prélevées sur Wikipedia et dans un guide de Lonely  Planet Cuba.

 

 

Péripéties; différents dirigeants

Suite au départ des Espagnols, le 20 mai 1902, les Américains évacuent  l’île et la République de Cuba est officiellement créée. Mais un amendement est sorti par les Américains du nom de l’amendement Platt. Cet amendement permet aux États-Unis d’intervenir à Cuba si l’État a de la difficulté à gouverner le pays.   Les Cubains ont un gros commerce avec les États-Unis pour l’exportation de sucre. Même si la population cubaine a un doute sur l’amendement, il sert à  quelque chose; les Américains interviennent quatre fois à cause que le gouvernement les réclame.

À la fin de la première guerre mondiale, les Européens recommencent à produire du sucre et les Cubains sont en faillite. Leur situation s’aggrave à la suite de la crise de 1929. Beaucoup de chômage, de banditisme et de grèves apparaissent partout sur l’île. Ce qui donne pas mal de travail au gouvernement. Cela se poursuit par une fuite du gouverneur et laisse un très gros vide dans le pays. Les Américains interviennent et mettent un gouverneur du nom de Fulgencio Batista pour s’occuper du pays.

Il se passe plusieurs années durant lesquelles Batista établit un régime sur Cuba. En 1958, La Habane, la capitale de Cuba, compte beaucoup de maisons de loterie, de clubs de nuit, de casinos et autres. La ville devient la capitale latino-américaine et on y compte plus de 300 000 touristes américains chaque année. Mais hors de la ville des milliers de familles meurent de faim et sont malades parce qu’à la campagne les hôpitaux et les écoles se font rares.

Fidel Castro né en 1926 proche de Santiago de Cuba, fait ses études à la Habane pour devenir avocat. Même s’il est jeune, il trouve que le système communiste de Batista n’est pas très juste.   Il décide qu’il fera tout se qu’il peut pour changer cela. En 1950, Fidel se présente pour les élections de 1952. Il se fâche après que Batista ait annulé les élections illégalement. Il recrute des jeunes et les entraîne pour un combat acharné. Le 26 juillet 1953, Fidel attaque une caserne mais il en fait un bel échec et il se retrouve en prison jusqu’en 1955.

Lorsque qu’il sort de L’île de la Jeunesse (Juventud) où il a été emprisonné, il va retrouver son frère Raul et ils partent au Mexique. Là-bas, ils rencontrent un jeune homme du nom d’Ernesto Che Guevara. Ils lisent ensembles et rassemblent plein d’informations et en viennent à la conclusion que Batista doit quitter.

En 1956, un bateau arrive sur la côte de Cuba, mais se fait arrêter par un groupe de l’armée et plusieurs personnes sont très blessées. Le groupe réussit malgré ça à monter à la campagne. Les gens de la campagne décident d’aider Fidel.

En août, l’armée attaque Batista, ils sont plus nombreux et ils combattent l’armée de Batista qui tombe. Après avoir fait cela, Fidel Castro se retire pour aider les blessés, durant ce temps Batista décide de prendre la fuite de peur que Fidel revienne avec une armée encore plus grande.

Dénouement;   L’embargo

Il y eut pendant plusieurs années pas mal de batailles et de choses mystérieuses et les Cubains accusaient de plus en plus les Américains. Cuba commençait à se questionner.

L’implication des États-Unis est de plus en plus critiquée. Cuba leur dit qu’ils ne sont plus les bienvenus. Les États-Unis très fâchés décident de se retirer dans leur pays et de tout couper les liens avec Cuba. Cuba ne peut plus faire de commerce avec les États-Unis et aura de la difficulté à se procurer certaines marchandises. On parle d’un réel embargo (interdiction de commerce entre les deux pays), à partir de 1962.

Situation finale; Cuba aujourd’hui

Suite à l’embargo, les Américains ont tout à fait stoppé Cuba. Ils ne s’en sont pas aperçus tout de suite, mais ils avaient figé complètement Cuba dans l’ancien temps.

 

Je voudrais vous donner des exemples que j’ai vu de mes propres yeux lors de mon séjours là- bas. Je vous parlerai de; Cien Fuegos de Cuba, Trinidad de Cuba et de la Havane, la capitale de Cuba.

La Havane

La Havane qui est la capitale de Cuba est très belle. J’ai trouvée la Havane très spéciale dans son genre. Elle a beaucoup de bâtiments avec plein de styles et plein d’armoiries incrustées. Elle a bien sûr quelques bâtiments qui sont modernes.  Vous trouverez des bâtiments qui ont le premier étage très très haut et les autres étages avec des plafonds de la même hauteur que  chez nous. Ça fait drôle d’aller dans des restaurants que lorsque tu rentres c’est très vaste et très élevé.

  

Mais la Havane a surtout la plus belle collection de vielles voitures qui peut exister. Il y en a de très vielles et cabossées comme d’autres qui ont de grandes ailes et qui sont toutes colorées.

Cien Fuegos

 

Cien Fuegos est une ville un peu particulière comme toutes les villes de Cuba. La ville présente a été reconstruite en 1821 après un ouragan qui l’avait détruite. À cette période, c’était des Français originaires de Bordeaux qui y vivaient. Ainsi ce sont eux qui l’ont rebâtie à leur manière avec l’architecture de Bordeaux.

Dans cette ville, le centre-ville est très différent. C’est une grande rue piétonnière avec les petits commerces tout autour et aussi dans les deux autres rues transversales. Les Bixi-Taxi (ce sont des bicyclettes modifiées pour transporter des passagers à l’arrière) sont partout,  les gens les prennent au lieu de marcher pour parcourir des distances. Les maisons ont un grand balcon avec des piliers (colonnades) pour que les passants puissent marcher le long de la rue à l’ombre sous cette grande véranda.

À Cuba, les gens mettent des affiches de Che Guevara partout. C’est une grande personne pour Cuba.  Il s’est impliqué personnellement contre le régime de Batista et a accompagné  Fidel et Raul dans leurs actes pour libérer Cuba.

Trinidad

  

Trinidad est une des plus vieilles villes de Cuba. Elle est située à deux heures de Cien Fuegos.

La ville est toute pavée de briques. La ville de Trinidad a été gardée intacte parce qu’elle est patrimoine mondial de l’UNESCO, mais si les Américains n’avaient pas quittés Cuba, la ville aurait été rénovée. Mais Trinidad n’a pas eu une influence comme Havane ou Cien Fuegos c’est une ville espagnole ou plutôt coloniale.

Depuis qu’Obama est là, les choses commencent à changer. Certains guides touristiques parlent même d’un achalandage de plus de 100 000 Américains par année. D’ailleurs, depuis peu des vols directs de Miami ont été introduits. Il y a seulement quelques années, les Américains qui voulaient venir à Cuba devaient passer par le Mexique ou le Canada!

En terminant

Cuba est une île très différente des autres îles et la présence  des États-Unis et par la suite l’embargo y sont pour quelque chose.

Imaginez,  si les Américains étaient restés comment elle serait en ce moment même; ce serait sûrement une île différente, mais elle ne le serait sûrement pas pour les mêmes raisons. Elle serait moderne avec de vrais épiceries, des voitures neuves, une grande nouvelle Capitale, des Mac Donald et des KFC (PFK en français) et les Cubains parleraient peut-être même anglais!  Un peu comme Puerto Rico. Mais grâce au États–Unis, on la surnomme; l’île figée dans le temps; l’ancien temps des Caraïbes, et même l’île hors de la modernité!

Je vous ai fait une autre sorte d’article que j’espère vous avez apprécié. Vous aurez peut-être un petit aperçu de New York à ma manière avant la fin de la chronique de Don Quillechotte.

Votre reporter sur l’eau.

Juliette

*Capsule de français liée au texte de notre belle Juliette:

Il n’existe pas de règle absolue qui détermine le genre des noms de pays et l’article qu’il faut employer devant ces noms. Il faut consulter les dictionnaires et les encyclopédies pour trouver ce genre de renseignement.

C’est particulièrement embêtant pour toute personne dont le français n’est pas la langue première, car l’article devant le nom de pays ne lui vient pas naturellement. Il lui est donc impossible de deviner le genre. Même pour un francophone, les noms qui ne sont pas précédés de la ou le peuvent lui poser problème. Il peut être difficile de deviner le genre d’Ukraine, Singapour, Maurice et Haïti par exemple. Les ouvrages nous diront que les trois premiers noms sont féminins et qu’Haïti est masculin.

On ne peut pas non plus se fier à la finale du nom. Par exemple, ce ne sont pas tous les noms finissant en –a qui sont féminins : Guatemala et Venezuela sont masculins, tandis que Cuba est féminin. 

Tirée du Portail linguistique du Canada

http://www.noslangues-ourlanguages.gc.ca/bien-well/fra-eng/grammaire-grammar/pays-country-fra.html

Ecrit par Isabelle dans : Où est Don Quillechotte?,Vacances | Tags :
20
Mar
2013
0

Un avant-goût d’Hispaniola

Par Juliette Houde

Le deuxième article de cette année sera sur une flotille dirigée par Frank Virgintino, un américain qui va à chaque année à l’île à vache en Haïti pour aider sœur Flora une sœur québécoise qui y tient un orphelinat. Je vous présenterai cet article en plusieurs aspects.

Voici comment je vous présenterai ces aspects :

Nous commencerons par rencontrer Frank, Desirada des québécois et Siga Siga  des anglais d’Angleterre qui iront avec nous en Haïti. Ensuite nous irons au Price Mart un magasin en gros de Santo-Domingo.

Après, nous partirons de Bocachica pour aller à Salinas suivi de Palmar de Ocoa.

Par la suite, nous ferons escale à Barahona, Isla Beata et à las Agillas avant d’arriver à l’île à vache.

Rendu à l’île à vache nous rencontrerons sœur Flora qui nous présentera son orphelinat. Nous verrons aussi le petit marché du village de Madame Bernard.

Le lendemain matin nous partirons en navette pour les Cayes la troisième plus grosse ville  d’Haïti.

La dernière journée que nous aurons en Haïti nous la passerons dans le charmant  petit village de Caille coq.

J’espère que vous aimerez votre séjour en Haïti !

La préparation pour Haïti

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous commençons par rencontrer Frank  et nous préparons la route que nous allons prendre pour faire de courtes navigations entre les baies. Ensuite, nous décidons de partir le lendemain matin dans un gros magasin pour pouvoir acheter de la nourriture pour sœur Flora. Pour dire qu’on a acheté des choses on en a acheté! Nous avons surtout acheté des choses pour sœur Flora : du riz, des haricots secs, du lait en poudre, des crayons et des couches!

 

De Bocachica à Palmar de Ocoa

 

 

 

 

 

Voilà, nous sommes partis de Bocachica, nous pouvons maintenant dire que nous sommes en route pour Haïti ! Mais nous devons d’abord visiter nos escales. La première est Salinas. Salinas est une petite ville mais elle a un grand marais salant  ce qu’on ne voit pas dans toutes les villes. Nous resterons quelques jours pour pouvoir aller visiter la petite ville à coté du nom de Bani. Bani une ville un peu comme les autres, bruyante, pas très propre et surtout surpeuplée. Il y a juste trop de monde pour une ville comme cela! Tu dois toujours marcher vraiment sur le bord du  trottoir ou dans la rue parce qu’il y a des  gens qui ont installé leurs kiosques sur le trottoir. Quand il n’y a pas de trottoir tu dois quand même contourner le kiosque! Mais des fois, on peu s’arrêter devant le kiosque pour acheter quelques bons fruits ou légumes frais.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce qui est de Palmar de Ocoa c’est autre chose. Là c’est vraiment super beau avec plein de belles petites maisons de toutes les couleurs. Nous avons fait un tour de dinghy dans la baie pour admirer les belles maisons. En revenant, nous sommes passés voir  les grandes barques de pêcheur, ils étaient en train d’étendre leur filet.

 

Barahona, Isla Beata et Las Agillas

 

 

 

 

 

 

 

Bon,
Barahona, c’est une grande ville très bruyante et remplie de motos. Là les
kiosques sont dans les coins des marchés. Après avoir fait les grandes rues,
nous avons décidé de nous aventurer dans les petites rues de terre entre les
maisons, les motos, les dames qui veulent te vendre des poissons entourés de
mouches et les enfants qui courent partout. Nous sommes finalement retournés
dans notre petit bateau bien tranquille. Après Barahona, nous nous sommes
arrêtés à Isla Beata afin de passer la nuit.

 

 

Le lendemain nous partîmes pour Las Agillas. Las Agillas, la baie des aigles, c’est une grande baie avec une plage de dix kilomètres de long ! Nous sommes arrêtés deux  jours pour profiter de cette magnifique plage, et nous avons fait de la superbe plongée.

Village de Madame Bernard et sœur Flora

 

 

 

Nous sommes rendus en Haïti, à l’île à vache précisément. Une super belle île toute
verte et toute en fleurs. Quand nous sommes arrivés  il y avait des petites voiles partout.
C’était des pêcheurs partis à la pêche. Quand nous sommes  arrivés dans la baie, ça été vraiment  spécial. Il y a  plein de gens qui sont venus à la rame avec
de petits bateaux faits en bois. Ils étaient vraiment partout autour du bateau
et ils ont fait pareil avec nos amis de Desirada!! Ils n’ont même pas  attendu qu’on soit ancré. Ma mère n’arrivait
pas à se concentrer parce qu’en plus de tout ce bordel autour du bateau elle
n’avait presque pas dormi à cause de la navigation de nuit. Alors, après avoir
réussi à mettre l’ancre nous leur avons tous demandé de nous laisser tranquille
le temps d’arriver.

 

 

 

 

 

 

 

La journée d’après, nous sommes partis avec notre dinghy pour Madame Bernard. Rendu à Madame Bernard nous nous sommes  mis en marche pour l’orphelinat. Puisque que nous ne savions pas où était l’orphelinat nous avons demandé notre route et les gens ne comprenaient pas où nous voulions aller alors ils nous ont indiqué une autre direction. Finalement nous avons marché un peu plus que prévu .Rendu là- bas nous avons rencontré sœur Flora qui nous a expliqué plein de choses sur Haïti et l’orphelinat. Elle nous a expliqué que les Irlandais l’aidaient beaucoup pour construire de nouveaux bâtiments, pour fournir de l’argent également. Cependant, elle apprécie surtout qu’ils viennent à l’île à vache pour l’aider. Elle nous a fait un résumé de quoi elle s’occupe : elle a soixante et onze  orphelins dont vingt-cinq handicapés, elle a aussi une dizaine de filles et une dizaine de garçon au collège des Cayes et en plus de ça elle s’occupe de l’école du village de Madame Bernard! Nous avions beaucoup de médicaments qu’on ne se servait pas et dont on ne croyait pas avoir besoin alors ma mère les a donnés à sœur Flora qui était très contente. Moi je me suis dit qu’elle se servirait sûrement beaucoup plus de ces médicaments que nous.

 

 

 

 

 

Après ça, elle nous a montré quelques uns de ses handicapés. J’étais super contente de voir que des enfants avec un mode de vie pas trop facile étaient souriants et avaient l’air heureux. Après avoir fait une visite de l’orphelinat nous sommes allés au marché et là j’étais vraiment éblouis, je n’avais jamais vu un marché comme ça; avec des petits abris faits en feuilles de palmier, de la terre noire, plein de dames et de monsieurs qui vendent des choses, des odeurs fortes (dégoûtantes), des gents partout qui achètent des choses, pleins d’enfants qui courent un peu partout, des chiens, des chats, des poules et en plus de tout ça il y avait un homme qui nous suivait et qui avait bu.  Il nous faisait un peu peur. Les gens autour s’en sont aperçu et l’ont éloigné de nous.

Les Cayes

 

 

 

 

 

Le
Lendemain matin nous nous préparons pour partir de bonne heure avec la navette
pour les Cayes.  La navette vient nous chercher au bateau et nous étions content de partir tôt parce que  le trajet dans les vague de côté a  pris une heure! D’habitude cela aurait pris trente minutes mais une bougie du moteur était brisée alors le moteur
fonctionnait à moitié. Rendu là- bas c’était étonnant! La chaloupe (la navette)
mettait l’ancre, ensuite un petit bateau conduit par un monsieur qui fait
avancer l’embarcation avec une perche pour pousser dans l’eau venait au bateau,
on embarquait dedans et il nous conduisait jusque proche du bord, et finalement
on se faisait porter sur le dos de personnes jusqu’au bord. Après, nous avons
commencé à marcher pour nous rendre a l’immigration parce que nous devions
faire  notre entrée dans le pays. Nous venons de faire notre entrée et tout s’est bien passé parce que des fois les
gens de l’immigration ne sons pas très gentils. Par la suite, nous sommes allés
voir la cathédrale  et la place centrale des Cayes. C’étais vraiment beau, pas du tout comme je  me l’avais imaginé! Je m’attendais à une
ville toute détruite à cause des séismes. C’est sur, nous sommes aussi passé
dans des rues toutes détruites mais juste quelques unes, pas toute la ville.
Ensuite, notre guide (qui avait dix-sept ans) nous a emmené voir son école (qui
était toute petite)  et par la suite il nous a apporté dans une épicerie pour faire des provisions. Pour finir, nous
sommes allés dans un petit restaurant pour prendre quelque chose  à manger avant le retour à l’île à vache. Le
retour a été presque aussi bizarre que l’allée. Nous nous sommes fait porter
jusqu’au petit bateau, ce dernier nous a amené dans la navette et nous nous
sommes installés au milieu (moi, Monique, ma mère et Elianne). Quand nous avons
eu fini de nous installer un monsieur a passé  un bébé à Monique et elle l’a gardé toute la traversée.
Par contre, les vague s’étaient levées alors il a fallu mettre une grosse toile
par-dessus  le bateau et je peux vous dire qu’il faisait très chaud! À la fin, Monique voulait garder la petite fille
(le bébé) parce qu’elle la trouvait trop belle.

 

 

 

 

 

 

 

Caille coq

 

 

 

 

Caille coq est un charmant petit village de pêcheurs que nous avons visité puisqu’il était devant le bateau. Nous l’avons visité avec Lely et Mac Donald deux  enfants du village. Je pense que pour ce qui est de ce paragraphe je vais mettre plus de photo que d’écriture.

 

 

 

 

 

 

 

 

De petites interviews

Après la flottille j’ai interviewé Claire* du voilier siga Siga et Monique du voilier Desirada sur comment elles ont aimé ça. Voici le résulta à mes questions :

A quoi vous attendiez-vous en arrivant en Haïti ? Es-ce que vous pensiez que ce serait aussi pauvre?

Claire : je m’attendais à ce que les gens soient plus tristes, sûrement à cause de ce que j’avais vu à la télévision. Cela doit m’avoir influencée sur le reste.

Monique : En fait, nous nous attendions à un endroit bien plus miséreux. Les gens de Caille Coq ne sont pas riches mais semblent vivre en paix.

*Comme l’équipage de Siga Siga est anglais j’ai traduit les questions en anglais et j’ai fait cette partie d’entrevue dans cette langue. Je trouve que l’anglais d’Angleterre est plus facile à comprendre.

Es-ce que vous vous attendiez à un tel accueil, avec autant de monde et presque tous des hommes et des enfants?

Claire : Je pensais qu’ils nous sauteraient dessus mais je ne pensais pas qu’ils le feraient avec des bateaux pendant qu’on mettait l’ancre. J’aurais bien aimé qu’ils attendent qu’on ait fini.

Monique : Nous nous attendions à une nuée de mendiants à nos mollets. Ce sont plutôt des gens, certes nombreux, mais polis qui nous ont accueillis. Tous des hommes, les femmes sont à la maison!

Es-ce que vous pensiez que les gents utilisaient des bateau à voile pour pêcher?

Claire : J’ai  déjà vu des embarcations qui avaient des voiles mais c’était la première fois que je voyais des bateaux pour aller pêcher seulement à voile.

Monique : Ça, ce fut une surprise. De loin, on dirait des papillons sur l’eau. C’est un bond en arrière dans le temps. Cela semble efficace. Un moyen écolo en tout cas!

 

Comment vous avez trouvé l’orphelinat de sœur Flora?

Claire : j’ai bien aimé voir les enfants contents. Ce que j’ai trouvé triste c’est que  les parents ne peuvent pas prendre leurs enfants; (1) parce qu’ils sont pauvres et (2) parce que leurs enfants sont handicapés. Chez-nous les parents prennent soins de leurs enfants, même s’ils sont handicapés.

Monique : Nous nous attendions à un bâtiment, c’est presqu’un village! Toute une organisation mais il faut vite préparer la relève. Sœur Flora n’est pas éternelle, comme son patron…

Voici les divers commentaires que j’ai recueillis. En tous cas, quand il y a de l’argent qui lui est donné, sœur Flora l’utilise vraiment pour le bien des enfants. Je peux vous le confirmer. Si le goût vous prenait d’en savoir d’avantage voici un site d’une fondation mise sur pied par un ancien protégé de sœur Flora qui travaille à continuer son travail  www.ileauxenfantsdhaiti.com. Par contre,  pour faire un don du Canada il faut aller sur ce site : http://www.cmafhaiti.org.

 

Le mot de la fin

Comment avez-vous aimé votre séjour sur Hispaniola? J’ai adoré vous décrire cette île. Je pense que les canadiens sont très chanceux et très riches en comparaison avec les haïtiens. Cependant, je crois qu’on peut être riche dans notre cœur même si on ne l’est pas dans la vie. Ce que je veux dire c’est que ce voyage en Haïti m’a permis de constater que les gens là-bas ont une grande joie de vivre.  Ils savent profiter des richesses de la terre et de la mer. Par contre, l’île à vache est une toute petite partie de ce grand pays. Il faudrait voir le reste.

Nous continuons de remonter vers le Québec. Prochaine escale : la Jamaïque. Viendra ensuite Cuba puis les États-Unis.

 

Attendez-Moi j’arrive!

 

 

 

13
Déc
2012
5

Voyage en Amérique du sud – le Pérou

 par Juliette

Nous voulions aller en Amérique du sud mais nous n’avons pas pu y aller en bateau. Pourquoi ?  À cause du Venezuela qui est trop dangereux pour les navigateurs. Alors nous y sommes allés par avion. Comment avons-nous fait ?

1. Nous avons commencé par regarder sur Internet.

2. Nous avons acheté un guide sur internet et l’avons imprimé.

3. Nous avons fait affaire avec une agence locale du Pérou.

4. Nous avons acheté des billets d’avions sur internet.

5. Nous avons sorti le bateau de l’eau.

6. Nous sommes partis pour un mois au Pérou!

L’itinéraire :

  • Lima la capitale à Parakas
  • De Parakas à Huacachina une super oasis dans le désert

et Nasca

  • De Nasca à Arekipa, la vallée du Colca, Retour à Arekipa
  • Arekipa à Puno, Lac Titicaca
  • Du Lac Titicaca à Cusco
  • De Cusco à Aguas Calientes et Machu Picchu, Retour à Cusco
  • Cusco au cercle de Moray
  • Retour à Lima

Mais il se peut que dans cet itinéraire Élianne vous décrive certains endroits.

Lima

Lima est la capitale du Pérou. Maintenant,  je comprends pourquoi. C’est immense ! Je dirais au moins une dizaine de fois l’étendue de Montréal! Nous avons fait un mini tour de ville parce que nous avions seulement un avant-midi et qu’il faudrait sûrement une ou deux semaines pour faire le tour de cette ville gigantesque! Alors je disais, nous avons fait un mini tour de ville avec madame Béatrice et monsieur Alfredo le chauffeur. Ils ont commencé par nous amener au parc des amoureux une reproduction d’un parc célèbre à Barcelone.

Par la suite, nous sommes allés visiter une super belle cathédrale,  comme on ne pourrait jamais en voir dans les caraïbes.  C’était très riche avec des petites feuilles d’or installées un peu partout.  Sur la façade, Mme Béatrice nous a expliqué qu’on voyait  des images pour les trois mondes; le monde des vivants avec le puma, le monde du ciel avec le condor et le monde de la terre avec le serpent.

  Ensuite, nous sommes allés dans une autre cathédrale mais celle-là on ne l’a pas visité.  On a visité le sous-sol, c’était un cimetière où on retrouvait des restes de gens enterrés là.  Ils enterraient les morts avec de la chaux par dessus pour qu’ils se dégradent plus vite et après ils les déterraient et séparaient les os dans des bacs !  C’était vraiment bizarre à regarder! On  a fini notre beau tour de ville sur la grande place de Lima; la place des Armes.

 

 

Paracas

Nous avons quitté Lima pour aller à Paracas où nous avons passé une nuit. Le lendemain matin nous avons visité les îles Ballestas en bateau. Mais avant d’aller aux îles nous sommes passés devant une ligne Nasca en forme de trident. C’était énorme comme dessin, je m’attendais à plus petit.

Ensuite, nous avons continué sur les Îles où il y avait plein d’énormes loups de mer! Le guide nous a expliqué qu’ils ramassaient le caca d’oiseau à tous les trois ans quand il y en avait au moins 50 cm ! Beurk ! Les péruviens le vendent comme engrais et ils en tirent un bon prix. Dans la fin de l’avant-midi, nous sommes partis pour l’oasis d’Ica.

 

Ica est la ville, mais l’oasis est Huacachina. Une vraie oasis en plein milieu du désert. C’était magnifique! À la fin de l’après-midi, un monsieur est venu nous chercher avec une grosse voiture qui fait beaucoup de bruit qu’on appelle un « dune boggie ». Il nous a amené dans les dunes de sable. On se couchait sur des planches à neige et on glissait sur le sable.

 Nous avons fini cette splendide journée à Hacachina en mangeant une pizza.

 

 

Lac Titicaca

Le lac Titicaca est le plus haut lac navigable au monde. Vous le saviez? Nous avons fait une visite guidée de la péninsule de Capachica. Nous sommes arrêtés dans une école où nous avons rencontré les élèves de la deuxième année. Nous en avons profité pour leur offrir des crayons à colorier. Ils étaient très contents. Leurs yeux brillaient même si ils étaient un peu intimidés par notre présence. Peu de touristes visitent cet endroit.

La journée suivante nous avons visité les îles Uros. Des îles flottantes très spéciales faites de paille nommée « totora« . Hé oui, les îles étaient en paille, les maisons étaient en paille et même les bateaux étaient en paille!

    

 Les habitants nous ont expliqués le fonctionnement des îles et nous ont fait visiter leurs maisons. Mes parents ont même eu l’occasion de revêtir les habits traditionnels.

 

Cusco

Cusco cette ville ancienne avec ses toits en tuile par rapport à Puno où les toits étaient faits de tôle. C’est une ville très jolie avec ses rues de pierres et ses murs Inca. Les murs incas se reconnaissent par leurs énormes pierres taillées exactement pour que chacune se place côte à côte sans qu’on puisse glisser une feuille de papier dans les joints! Les Incas étaient vraiment très ingénieux pour réussir fabriquer des choses comme celle-là.

La première journée nous la passons sur trois sites archéologiques. Le premier était le temple de l’eau où le guide nous a montré les grandes chutes du temple. Cela démontrait que les Incas chérissaient beaucoup l’eau. Ils surveillaient l’accès du site car ils ont retrouvé les vestiges d’une tour de garde à proximité du temple.

Par la suite, notre guide prénommé Julio César nous a amené dans le plus grand site dans les alentours de Cusco : Sacsayhuaman. Un ensemble de ruines gigantesques. Lors de leur arrivée, les Espagnols ont découvert ces vestiges et ont pris une bonne partie des pierres pour construire les différentes églises et temples de la ville de Cusco. On ignore toujours comment les Incas ont fait pour transporter ces pierres immenses. Près de ce site, une pente de pierre travaillée faisant penser à des glissades a attiré notre attention.

 

Ma sœur et moi sommes montées et avons fait quelques descentes. Nous ignorons s’il s’agissait de glissades, mais il se peut que les enfants incas glissaient aussi à cet endroit il y a très longtemps…

Nous avons fini cette belle journée en bordure de la place des Armes, celle de Cusco cette fois-ci. Devant nous la cathédrale construite avec les pierres de Sacsayhuaman a des reflets roses au coucher du soleil.

 

Machu Picchu

Le Machu Picchu est une grande montagne qui est maintenant accessible par train. Parce qu’avant le site était dans la jungle, mais maintenant un village touristique du nom d’Aquas Calientes est construit.

En haut de cette montagne, il y a un énorme et merveilleux site archéologique. Nous sommes montés le matin sur le site avec un guide de l’agence. Il nous a donné des explications pendant deux heures  sur ce village sacré. Le Machu Picchu était effectivement un village qui était habité par les incas. Comme plusieurs autres sites, il a été abandonné lorsque les Espagnols sont arrivés. Ce site a été découvert, il n’y a pas si longtemps (en 1911) par un historien américain. Depuis ce jour, il y a des chercheurs qui continuent de creuser à la recherche de petits morceaux de l’histoire. Même lors de notre visite, il y avait des fouilles pour trouver des poteries et autres objets du quotidien des Incas.

  

 De la maison de l’Inca de garde, nous pouvions voir parfaitement tout le site entre les nuages. C’était super beau! Nous avons marché un peu sur le site avant de retourner au village.

Conclusion

J’ai bien aimé vous parler de la beauté du Pérou. Chaque ville et chaque région est différente ce qui produit le charme de ce pays. Les habitants sont gentils et accueillants avec les visiteurs et je constate qu’ils veulent que leurs touristes aient de bons souvenirs de leur pays.

J’ai bien aimé mon voyage en Amérique du sud et je crois bien y revenir un jour.

Votre reporter sur l’eau et dans la montagne

Juliette

Ecrit par Isabelle dans : Géographie,Où est Don Quillechotte?,Vacances | Tags :
06
Déc
2012
2

Le Pérou en famille

Par Élianne

Avant le départ, j’ai fait une petite recherche pour recueillir certaines informations sur le pays. Voici ce que j’ai trouvé :

Capitale : Lima

Langues: espagnol, quechua et aymara

Nombre d’habitants : 28 millions

Monnaie : nouveau soles

Une fois notre voyage effectué je peux maintenant vous parler de certains endroits que nous avons visités. Je vous décrirai notre passage à Nasca, Arequipa, le Colca et le cercle de  Moray près de Cusco.

Nasca

Nasca est connue pour les lignes et ses dessins qui se trouvent dans la plaine près de la ville. Les mains et l’arbre sont deux des dessins les plus populaires des lignes de Nasca.  Il y aussi la représentation d’une famille : le grand-papa, la maman et le papa et le bébé venu du ciel. C’est le dessin que j’ai aimé le plus.

Pendant plusieurs années les lignes de Nasca n’étaient plus visibles à cause que les incas avaient retourné les roches pour pas que les espagnols les trouvent. Marco nous a expliqué comment ils avaient fait et comment par la suite on a retrouvé les dessins.

Nous sommes montés dans un belvédère pour voir les dessins des mains et de l’arbre. Il ventait beaucoup! On a même vu une mini tornade au loin.

À Nasca, nous sommes aussi allé au musé Antonelli. On a pu y voir une momie avec ses poteries. Ce n’était pas comme dans nos tombes à nous. La momie était toute sèche et elle était placée en petit bonhomme. Cette position, comme dans le ventre de la maman, était pour préparer à leur nouvelle vie.

Dans le jardin il y avait une grande maquette des lignes de Nasca. Il y avait aussi deux pans. C’était la première fois que je voyais un pan qui faisait le beau. On dit faire la roue.

Arequipa

Arequipa est  la 2ième  ville la plus  importante du Pérou. Une légende raconte que le  nom de la ville viendrait du quechua. Ari  voudrai dire oui et  quipay  restons. Un chef inca aurait nommé l’endroit de cette façon émerveillé par la beauté de la vallée. Arequipa est située dans une région volcanique.Trois volcans entourent la ville. Leurs nom est Misti, Pichupichu et Chachani. Ici à Arequipa beaucoup de bâtiments sont construits avec de la pierre blanche  qui vient des volcans. Le surnom de la ville est la ville blanche (Ciudad Blanca). Arequipa est située dans une  vallée fertile qui est très verte toute l’année.

Une grande rivière le Rio Chili apporte beaucoup d’eau dans la vallée  on comprend encore aujourd’hui pourquoi les Incas ont choisi cette vallée pour établir Arequipa.

 

Le monasterio de Santa Catalina

J’ai visité le monastère et j’ai bien aimé toutes les couleurs sur les petites maisons et dans les rues. Ce couvent a été construit par les espagnoles en 1580. Selon la tradition c’était la plus jeune fille de la famille qui entrait au couvent pour devenir sœur. Santa Catalina était différent des autres. On y accueillait seulement les filles des familles riches. De plus, chacune avait à son service trois ou quatre servantes! Le monastère était comme une petite ville dans la ville. Il y avait de petites maisons avec chacune leur cuisine. Il y avait aussi de petites rues, une place et une buanderie.

J’ai beaucoup aimé la buanderie. Il y avait de grands bassins placés chaque côté d’un tuyau. Pour remplir les bassins les servantes plaçaient des pierres dans le tuyau et une carotte dans le trou du bassin. C’était un système ingénieux!

Le musée Santury

À Arequipa il y a aussi le musée Santury. C’est un musée très spécial où est conservée la momie Juanita. Il s’agit de la momie d’une jeune fille d’environ 13 ans retrouvée dans la glace. En 1995, une expédition dans la montagne (Nevado Ampata), permet de trouver un site funéraire, une statue et des offrandes . Un peu plus loin ils ont trouvé la momie. Les experts ont trouvé que les incas avaient fait des sacrifices humains pour calmer la montagne. Juanita était un beau cadeau pour la montagne. Sa famille était riche. On sait cela car elle avait des vêtements rouges (couleur difficile à faire) et on a aussi trouvé de petits lamas en or dans sa tombe.

Le Colca

Le Colca est un très grand canyon, le deuxième plus profond au monde. Nous, nous sommes allés chez M. chocolat et sa femme dans le village de Coporaque. Moi et ma sœur nous avions aussi des amies; il y avait Chamira, Antonella et Rubis, les trois filles de la famille Chocolate. Il y avait aussi deux chiens, un gros et un moyen et une petite chatte qui s’appelait Twit. Nous avons dormi dans une petite chambre avec un toit de paille! Avant d’aller dormir Mme Chocolate nous donnait une « bouillotte ‘’ remplie d’eau chaude pour mettre dans notre lit car il n’y avait pas de chauffage.

Durant les quelques jours que nous avons passé dans le Colca nous avons fait une longue promenade vers des bains d’eau chaude. Ma sœur et moi avons pu monter à cheval. C’était beaucoup moins fatigant! C’était la première fois que je montais sur un cheval.

  

Cercle de Moray

 

Ma sœur vous parlera de Cusco, moi je vous parle ici d’un endroit situé dans les alentours de Cusco. Il s’agit des terrasses circulaires de Moray.

Ces terrasses en forme de cercle sont près du village de Moray c’est la raison pour  la quelle on les appelle les terrasses de Moray. Nous croyons que ce sont les Incas qui les ont créées. Lors de notre visite notre guide nous a dit qu’une pluie de météorites avait formée le trou au départ. Ce serait les Incas qui auraient formé les terrasses par la suite. Nous croyons que les Incas y plantaient différents produits afin de les rendre plus résistants au climat. Les plantes bénéficiaient d’un climat différent selon l’endroit qu’elles occupaient dans les terrasses.  Aujourd’hui ce sont les agronomes qui font ce genre de travail. L’an passé des étudiants en agronomie ont réussis à faire pousser des tomates qui grandissent en milieu tropical habituellement. Il y a une différence de température de plus de 5 degrés Celsius entre le bas et le haut des terrasses.

 

Nous avons aussi trouvé de petites ruines de bâtiment sur le site. Il pourrait s’agir de la maison de l’agriculteur qui s’occupait des terrasses.

 

Voilà j’ai partagé un petit bout de mon voyage avec vous. J’espère que vous avez trouvé ça intéressant. J’ai beaucoup aimé le Pérou et j’y retournerai peut-être quand je serai plus grande.

 

Ecrit par Isabelle dans : Géographie,Où est Don Quillechotte? | Tags :
25
Juil
2012
1

Les volcans de l’arc antillais

Par Juliette  votre reporter sur l’eau

L’arc antillais est le chapelet d’îles entre le Venezuela et les Bahamas. Les îles de l’arc sont composées de roches montagneuses et volcaniques à l’exception de la Barbade. L’arc mesure 900 km de long. Les volcans des îles de l’arc sont soit éteints soit en semi  activité soit en activité ou en éruption.

Lors de mon voyage, j’ai pu voir et visiter le volcan de Montserrat, de Guadeloupe, de Martinique et de Sainte-Lucie pour vous en parler.

Montserrat

La soufrière de Montserrat couvre presque toute l’île. Ce volcan est en éruption. Cette soufrière s’appelle Galway. La dernière grosse éruption de ce volcan s’est produite le 25  juin 2005. Ce volcan est un volcan gris*.

 

  • Un volcan gris est un volcan explosif1 émettant des laves suffisamment visqueuses pour qu’elles ne forment pas de coulée de lave mais s’accumulent au point de sortie, formant une aiguille ou un dôme de lave. Lorsque cette masse de lave plus ou moins stable s’effondre ou explose en totalité voire en partie, un panache volcanique de cendres et de débris de roches s’élève à des kilomètres au-dessus du volcan et des nuées ardentes risquent de dévaler ses pentes à des centaines de kilomètres à l’heure, sur plusieurs kilomètres.

Les volcans gris tirent leur nom de la couleur majoritairement grise de leurs produits éruptifs (majoritairement des cendres volcaniques) par opposition aux volcans rouges qui émettent des laves fluides formant des coulées de lave

Définition extraite de Wikipedia

 

Quand nous sommes passés devant la soufrière nous avons vu de la lave et les cendres de l’ancienne capitale de Montserrat,  Plymouth. Nous avons navigué dans une zone qui est restreinte. Au moment de notre passage il n’y avait pas de danger mais il faut toujours vérifier car comme le volcan est en activité parfois il faut éviter tout le secteur.

Voici une photo de Plymouth avant de se faire ensevelir par les cendres en 2005.

Voici ce qu’il en reste aujourd’hui…

J’aurais bien aimé vous en parler davantage mais nous ne sommes pas descendus à terre.

Guadeloupe

La soufrière de Guadeloupe ce nomme la Soufrière. La Soufrière  est vieille de 200 000 ans.  Ce volcan est un volcan gris en activité. Les dernières éruptions de ce volcan datent du 8 juillet 1976 et du 1er mars 1977. Le volcan est du côté de Basse-Terre.

Mais ce volcan je n’ai pas pu le visiter.

 

 

 

 

 

 

 

Martinique

La Martinique a un volcan du nom de la montagne Pelée. Ce volcan est âgé de 300 000 ans. Ce volcan est de même type qu’en Guadeloupe et Sainte-Lucie; un volcan gris en activité. La dernière éruption de ce volcan à commencé le 16 septembre 1929 et a fini en 1932.

J’ai vu des résidus de la dernière éruption en 1932.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sainte-Lucie

La soufrière de Sainte-Lucie s’appelle Qualibou. Ce volcan est actif et a fait sa dernière éruption en 1766. Ce volcan n’est pas comme les autres, c’est un volcan  caldeira ce qui veut dire qu’il ne crache pas de lave. Ce sont des éruptions de vapeur et on peut observer l’eau boueuse qui bouillonne à plus de 170 degrés Celsius. Les volcans caldeira sont rares. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut voir un volcan comme celui-là.

Celui-là comme vous pouvez le voir j’ai pu le visiter mais ce n’était pas un site très grand. Le volcan mesurait 5km de long. Les bains d’eau boueuse étaient super cool et super chauds.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En conclusion, je voulais aussi vous dire que peut-être que la carte des Antilles va avoir une nouvelle île au nord de la Grenade. Effectivement, il y a un volcan sous-marin en activité. Ce volcan se nomme Kick em Genny. Lors de notre passage dans ce secteur nous avons dormi à l’Île de Ronde, à environ 5 km à l’est.

J’espère que vous avez aimé mon article sur les volcans.

Pour écrire cet article j’ai pris les informations lors des visites que j’ai pu faire de même que sur internet.

31
Mai
2012
0

Petit arrêt à Pelican Island

Par Élianne

L’île Pelican permet de faire du très bon « snorkelling » (plongée en apnée). J’y suis arrêtée avec ma famille. On a fait une plongée et on a vu plusieurs poissons-perroquets. Le poisson-perroquet est un poisson avec de très belles couleurs.

On a aussi vu des coraux et des oursins.

J’ai bien aimé ma plongée à Pelican Island. J’aime beaucoup faire de la plongée avec ma famille.

Aimez-vous les articles de Don Quillechotte? Vous pouvez envoyer vos commentaires à l’adresse suivante : donquillechotte@gmail.com

31
Mai
2012
0

Les Îles Vierges Américaines

USVI  par Juliette Houde

Bonjour, je vais vous parler des USVI. Ce sont 3 îles et plusieurs petits îlots. Les 3 îles principales sont St-Croix, St-Thomas et St-John. Les Îles Vierges Américains sont situées entre les îles vierges Espagnols et les îles vierges Britanniques. La capitale des Îles Vierges Américaines est Charlotte-Amalie. Les USVI comptent 106 405 habitants (2010).

Histoire

Je vais vous raconter un peu l’histoire de St-Thomas. L’île de St-Thomas fut occupée vers 1672 par les Danois qui, par la suite, prirent possession de St-John et St-Croix. Ils étaient toutefois en minorité dans la population qui comptait en majorité des Anglais, des Hollandais Français Huguenots. En 1691 la « Danish west indian company » créa le port-franc de Charlotte-Amalie (d’après le nom d’une reine danoise) qui devint l’un des plus grand centre de trafic des caraïbes.

Trafiquants, marchants d’esclaves, pirates de toutes races venaient commercer ou vendre les produits de leurs rapines. Mais ce port, ouvert à tous, était aussi zone neutre, les adversaires les plus acharnés à l’extérieure devaient respecter cette règle et laisser leurs « sabre au vestiaire ». Des 1868, les Danois voulurent se débarrasser de leurs îles (St-Thomas, St-John, St-Croix) et en proposèrent la vente aux Américains. Ceux-ci finirent par accepter en 1917, pendant la 1ère guerre mondiale, pours des raisons de couverture stratégique du canal de Panama. Ils versèrent au Danemark la somme importante, pour l’époque, 25 millions de dollars. (1)

(1)  Extrait du guide de navigation : Guide des Antilles, Croisière et tourisme, Auteur : Jacques Patuelli les Éditions Atoll, Saint-Raphaël, France, page : 232    

 

Charlotte Amalie

Maintenant, Charlotte-Amalie est une ville entièrement ouverte sur les paquebots et leurs déversements de visiteurs. Les anciens bâtiments ont été rénovés et transformés en boutiques super modernes de même qu’en restaurants. Les touristes dévalent les rues de Charlotte Amalie et visitent tout ce qu’ils voient dont le « Black beard castel » et le musée de l’ambre que nous avons visité. L’ambre est une résine de l’arbre.  La résine est une tire qui se durcie avec parfois des bibittes dedans. Mais maintenant c’est un arbre qui n’existe plus.

Great St-James

St-James est une petite île à côté de St-Thomas. Cette île permet  de faire de la super plongée sous-marine et de l’apnée. Nous avons vu de superbes coraux à Fish cay :   mais aussi une raie et une tortue.

Super la plongée!

 

 

 

 

 

 

 

Caneel baie

Caneel baie est à St-John. Une autre île des USVI. Une baie ou le mouillage est un peu mouvementé mais avec de l’internet. Nous avons fait des sentiers avec Émille et Robin de Tortue de Mer. Les sentiers menaient dans la ville de Cruz baie ou nous avons fait un petit peu d’épicerie.

Nous sommes allés à la plage de Caneel qui se nomme Honeymoon Beach.

Je vous ai donné un aperçu des Îles Vierges Américaines. Parce que je ne les ai pas  toutes visitées, il reste St-Croix ou je ne suis pas allée. J’aimerais surtout visiter la ville de Christiansted. Les guides parlent que c’est une ville qui n’a pas beaucoup changée et qu’il y a encore des petites maisons danoises et de vieux forts mais bien entretenus. Les  bâtiments d’origine n’ont pas été transformés en boutiques et en restaurants modernes comme à Charlotte-Amalie. Et il y a plus d’endroits à visiter.

 

Vous avez des commentaires?

Écrivez-moi à l’adresse suivante : Donquillechotte@gmail.com

10
Mai
2012
0

Le Zoo La La la Schtroumpf La La

Lors du partage du projet de Zoo de la classe des La La la Schtroumpf La La, 2 animaux manquaient à l’appel! Le vendredi, ils n’étaient plus en «cavale». Voici ce que vous avez manqué!

Élianne vous présente le conch.

Juliette vous présente la langouste.

 

Merci à tous ceux qui sont venus visiter le Zoo!

Isabelle

03
Avr
2012
2

La République Dominicaine

par Juliette et Élianne

La République Dominicaine

Cela fait maintenant 2 semaines que nous sommes en République dominicaine. Je vais vous parler de plusieurs villes et parcs naturels que nous avons visité.

Voici quelques données sur le pays :

Capitale : Saint-Domingue.

Population : 8 745 000 hab.

Monnaie : peso

Langue : espagnol.

Espérance de vie : 66,7 ans

La République dominicaine est située sur l’Ile d’Hispaniola qui la partage avec Haïti ou l’espérance de vie est de 49,5 ans. La différence est vraiment grande! Je crois que la République se porte bien en comparaison. Voici ce que j’ai pu en voir.

Ma première impression    

Quand je suis arrivée en République j’ai été surprise par les fabuleuses montagnes. Les montagnes étaient toutes vertes et grandes. Et surtout, aux Bahamas il n’y avait pas beaucoup de végétation. C’est beau la République de l’extérieur. J’ai hâte de découvrir l’intérieur de la République!

Puerto plata

Nous sommes allés à Puerto plata qui est une belle petite ville avec de petites rues et des guagua (bus).  Il y avait un musée sur l’ambre (une pierre précieuse). Il y avait une boulangerie, des petits marchés, des petites boutiques etc… Nous avons rencontré une dame qui s’appelait Louise. Elle nous a amené dans un téléphérique dans une montagne ou nous avons vu un joli panorama de Puerto plata. Par la suite, elle nous a amené dans un petit restaurant ou nous pouvions choisir notre poisson avant qu’il soit cuit. C’était délicieux!

Santiago    

Avec Louise nous sommes allés à Santiago ou nous avons visité à un monument ou nous pouvions monter en haut. Sur un des étages il y avait de jolis costumes et une belle vue de Santiago.  Ensuite, nous sommes allés au restaurant. C’est un bon restaurant. J’ai mangé des croquettes de poisson et elles étaient très bonnes. On est allé au musée d’histoire et culture de la République. Nous avons vu  de belles peintures.  Il y avait aussi toute une section sur les Leon, une famille qui est  très importante en République. Ils ont une compagnie de bière; la Présidente, la bière locale de ce pays. Nous avons fini notre journée à la piscine de la marina.

Ocean world marina and casino

Ocean world est une belle marina avec un magnifique casino dont le thème est Las Vegas. Il y avait aussi la présentation d’un beau spectacle qui se nomme « Bravissimo show ». Il y avait une grande piscine tout autour du casino. Il y avait aussi un grand parc aquatique ou il était possible de nager avec les dauphins. Moi je suis allée au petit restaurant et j’ai vu deux petits spectacles. Il y en avait un avec des perroquets et un autre avec des otaries. J’ai bien aimé mon séjour à Ocean world.

 

    

Santa Barbara de Samana

Je suis maintenant rendu à Santa Barbara qui est située dans la grande  baie de Samana . Il y avait un petit pont qui a un drôle de nom! Il se nomme « le pont qui mène nulle part ». Je suis allée sur le pont et on a vraiment une belle vue! Il y a un joli petit village avec beaucoup de visiteurs qui viennent voir les baleines. Santa Barbara est une jolie petite ville pleine de gentilles personnes.

 

Le marché de Santa Barbara, par Élianne

Ici à Santa Barbara il y a un marché avec des kiosques. Dans un kiosque il y a de grandes tables avec des fruits et des légumes. Ce n’est pas  propre comme chez-nous. Il y a des mouches. Il y a aussi des chiens. Il y a aussi des odeurs. Le marché est couvert mais communique avec la rue. Comme il fait chaud et ce n’est pas climatisé, ça pu un peu! Il y a aussi des enfants qui travaillent avec leur maman. C’est différent de chez-nous mais j’ai bien aimé visiter et acheter des fruits et des légumes au marché de Santa Barbara.

  

Les sites Naturels     

Je suis allée dans plusieurs sites naturels. Il y en a trois. Le premier était à Puerto Plata ou il y avait 27 chutes d’eau naturelle. Le site se nomme Damajagua. Nous on en a fait 7. Il fallait les escalader et après on les descendait en glissant comme dans une glissade. Voici quelques photos de nous et de nos amis du voilier Joreane. Moi j’ai eu un petit peu peur mais je vous le recommande.

  

Plus loin, dans la baie de Samana, il y avait une autre chute qui se nomme El Limon. Ici, on se baignait dans un bassin au bas de la chute qui est la plupart du temps assez froid, mais ça fait du bien! Pour arriver à la chute nous avons marché pendant une heure dans la boue et le « caca » de cheval alors je recommande d’y aller à cheval. La chute avait 150 pieds de haut!

 

Finalement, nous sommes allés dans un parc du côté sud-ouest de la baie de Samana. Le parc, qui est un parc national, se nomme en espagnol « Parque national Los Haitises ». C’est un magnifique parc à visiter en bateau. Il y a aussi de belles grottes et de beaux sentiers sur terre. Nous avons aussi fait des sentiers « d’eau » dans la mangrove. J’ai bien aimé ce parc je le recommande très fortement. Voilà pour la République dominicaine. Prochaine destination : Puerto Rico.

  

En résumé, j’ai adoré visiter la République dominicaine. Ce n’était pas comme je l’avais imaginé. J’espère que vous avez aimé mon article. Si vous avez des commentaires ou des questions n’hésitez pas à me les transmettre (Don quillechotte@gmail.com)!

Votre reporter sur l’eau,

Juliette

 

Ecrit par Isabelle dans : Où est Don Quillechotte? | Tags :

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | TheBuckmaker.com WordPress Themes | Traduction WordPress tuto

Aller à la barre d’outils