Publié 18 juin 2019 par Martin Vaillancourt dans Activité TIC
 
 

Détectives en mission – Réalisation par des élèves d’un jeu vidéo sur les droits de enfants

Le début d’un projet…

Dans le cadre du 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, le Bureau international des droits des enfants a développé un jeu vidéo éducatif destiné aux enfants de 7 à 11 ans portant sur leurs droits. Ce projet a été réalisé en partenariat avec l’école Polytechnique de Montréal, l’école supérieure des Arts et Métiers ParisTech et les écoles primaires Sainte-Cécile et Saint-Fabien de Montréal.

La participation des enfants

Les enfants des deux classes primaires ont été impliqués à différentes étapes de la conception, du développement et de la promotion du jeu.

 

Le jeu vidéo

Détective en mission pour le droit des enfants est un jeu d’enquêtes. Il met en scène différentes situations de la vie quotidienne où les droits de l’enfant sont brimés. À travers le jeu, les enfants s’initient aux différents articles de la Convention relative des droits de l’enfant et surtout, choisissent l’action qui leur permettent de devenir des défenseurs de leurs droits !

 

Le déroulement du jeu

Le jeu se déroule en 3 phases et se compose de 5 niveaux

  • Phase d’investigation : la joueuse ou le joueur doit trouver les indices qui lui permettent de comprendre la situation où les droits d’un enfant ne sont pas respectés.

Lors de l’enquête, on peut toujours appuyer sur la touche i qui nous permet d’avoir accès à l’inventaire des indices trouvés.

  • Phase de réflexion : en associant les articles de la Convention aux indices trouvés, la joueuse ou le joueur réfléchit aux droits brimés.
  • Phase de solution : la joueuse ou le joueur choisit l’action à poser pour un meilleur respect des droits de l’enfant. La meilleure action tient compte des indices fournis et vise à modifier la situation qui ne respecte pas les droits de l’enfant. Cela passe habituellement par les échanges et les interactions entre les élèves et l’adulte en fonction.

Selon la réponse donnée, la joueuse ou le joueur obtient un trophée en or, en argent ou en bronze. Le but du jeu est d’être le champion ou la championne toutes catégories des droits de l’enfant en collectionnant les 5 trophées dorés.

 

Sites Web et documentation

Bande-annonce du jeu

Site pour y jouer

Écoutez l’émission Web-Radio du lancement du jeu

Dossier de presse du Bureau international des droits des enfants

Pour en apprendre davantage sur les droits des enfants

 

Comment jouer

Niveau 1 : L’enquête se déroule dans les vestiaires du gymnase de l’école. Elle révèle l’histoire de l’amie du Détective qui désire intégrer l’équipe de soccer, alors que les filles n’y sont pas admises.

Les indices réfèrent à ces 3 droits :

  • Le droit à la non-discrimination implique d’offrir la même chance aux filles qu’au garçon. En ce sens, avoir une équipe masculine ne brime pas en soi le droit à la non-discrimination, mais plutôt le fait qu’il n’y ait pas une alternative pour les filles.
  • En tenant la réunion d’inscription pour l’équipe masculine de soccer à 11 heures un jour d’école, les entraîneurs compromettent la chance des garçons de participer à l’activité, brimant leur droit aux loisirs, et écartent les filles, brimant leurs droits aux loisirs et à la non-discrimination.
  • En initiant une pétition pour permettre aux filles de participer à l’équipe de soccer, les élèves de l’école mettent en œuvre leur droit à participer aux décisions qui les concernent.

 

Niveau 2 : L’enquête se déroule dans la chambre d’un ami du détective. Détective Pinpin comprend que son ami voudrait participer au voyage scolaire à Québec, mais qu’un transport adapté n’est pas prévu et que sa chaise roulante est brisée. N’ayant pas les moyens de la faire réparer à la suite de l’arrêt du programme gouvernemental, il ne peut participer au voyage et doit rester chez lui.

Les indices réfèrent à ces 3 droits :

  • À l’aide de son chien-robot, Détective Pinpin retourne dans le passé et découvre que la chaise roulante fonctionnait bien avant. En ne la faisant pas réparer, on brime le droit de son ami à se développer et à avoir une vie enrichissante.
  • En n’offrant pas un service de transport adapté pour le voyage à Québec, on ne respecte pas le droit des enfants vivant avec un handicap à une attention spéciale.
  • En coupant les subventions pour l’achat de chaise roulante, le gouvernement ne respecte pas le droit des enfants à recevoir son aide lorsque leurs besoins ne sont pas comblés.

 

Niveau 3 : L’enquête se déroule dans un musée. Détective Pinpin découvre plusieurs indices qui racontent l’histoire de son amie qui ne veut plus aller en classe parce que son professeur a ridiculisé ses croyances religieuses. Pour y arriver, Détective Pinpin devra sûrement recourir à son inventaire des indices lui permettant de mieux visualiser ces derniers.

Les indices réfèrent à ces 3 droits :

  • La toile représentant tous les signes religieux qui a été vandalisée fait référence au droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion.
  • À l’aide du code, Pinpin découvre une sculpture en pierre qui représente un personnage avec les mains sur sa bouche et ses oreilles, ne pouvant parler ou entendre. Ce personnage nous rappelle l’amie de Pinpin qui ne peut exprimer son malaise devant son professeur et voit son droit à participer aux discussions qui la concernent non respecté.
  • L’affiche incite à des valeurs bizarres et va à l’encontre du droit de l’enfant à déterminer les objectifs de son éducation pour permettre à l’enfant de se développer et le préparer à vivre dans le respect et la tolérance.

 

Niveau 4 : L’enquête se déroule dans le bureau de la grande sœur du détective. Détective Pinpin constate que Arya, âgée de 17 ans, est intimidée sur les réseaux sociaux. Elle ne prend toutefois pas des mesures respectueuses de ses droits pour que cela cesse. Vers qui peut-elle se tourner si l’école ne réagit pas?

Les indices réfèrent à ces 4 droits :

  • À l’aide de son chien-robot, Détective retourne dans le passé et voit une affiche où il est écrit : « je ne suis plus une enfant ». Pourtant, à 17 ans, Arya est toujours une enfant comme défini par le premier article de la Convention des droits de l’enfant qui stipule que toute personne âgée de moins de 18 ans est considérée comme un enfant.
  • Après avoir déverrouillé le cellulaire de sa sœur, Détective Pinpin s’aperçoit que sa sœur reçoit beaucoup de messages d’intimidation, ce qui ne respecte pas son droit à être protégée contre toutes les formes de violence physique ou morale ou de mauvais traitements, ce qui inclut l’intimidation.
  • Le profil d’Arya sur un réseau social est PUBLIC, ce qui ne respecte pas son droit à la protection de sa vie privée.
  • Arya a même changé son nom de famille pour ne pas se faire reconnaître. Pourtant, tous les enfants ont le droit à la protection de leur identité, de leur nom et de leurs liens familiaux.

 

Niveau 5 : L’enquête se déroule dans une salle de cours. Après avoir organisé une grève pour réclamer moins de devoirs, le conseil de classe est dissout par la direction de l’école. Est-ce que la grève est une raison pour dissoudre le conseil de classe ? Est-ce que les enfants ont le droit de réclamer moins de devoirs?  Est-ce que les professeurs, afin de respecter les droits de l’enfant, doivent les écouter à tout moment? Cette enquête pose beaucoup de questions et est plus difficile…

Les indices réfèrent à ces 4 droits :

  • La professeure a mis la Convention des droits de l’enfant au bac de recyclage. Cela ne respecte pas le devoir des parents, des professeurs et des gouvernements de diffuser les droits de l’enfant et de tout mettre en œuvre pour aider les enfants à les comprendre et à les défendre.
  • Les enfants doivent recopier : « Je ne dois pas faire la grève ». Les adultes doivent plutôt veiller à ce que les droits de l’enfant soient respectés et permettre que les enfants puissent pleinement les exercer, dont le droit de se réunir. Si les professeurs ne sont pas d’accord, doivent-ils l’interdire ou discuter?
  • Après avoir trouvé le code qui permet de recharger les piles de chien-robot, on voit que les élèves avaient 9 devoirs différents à remettre le même jour. On peut se demander si cette charge de devoirs a été pensée en prenant en compte l’intérêt supérieur de l’enfant…
  • Les élèves, face à la charge de travail, ont décidé de s’unir et de faire grève pour dénoncer la quantité de devoirs, exerçant leur droit de se réunir entre eux et de former des groupes.

Lorsque l’on revient au tableau principal, on voit un exemplaire de la Convention des droits de l’enfant sur le bureau. À l’intérieur se trouvent tous les articles de la Convention vus pendant jeu. De plus, tout au long du parcours, des parchemins sont disséminés. Ce qui permet d’ajouter les articles manquants à la Convention. Si la joueuse ou le joueur s’aperçoit qu’il lui manque des parchemins, elle ou il retourne jouer pour amasser tous les articles et avoir la Convention des droits de l’enfant au complet!

 

Touches pour jouer

Bouger – pour se déplacer dans le jeu, utilisez les flèches.

Interagir – avec les objets qui changent de couleur en s’approchant (ex. ouvrir la porte, etc.), utilisez la touche espace.

Inventaire – pour avoir accès à l’inventaire de ses indices accumulés, utilisez la touche i.

À noter : On ne peut pas revenir en arrière. On doit avoir récolté tous les indices pour passer à la phase réflexion.

 

Un grand merci et des applaudissements nourris pour Ludovic Tourné, enseignant à l’école St-Fabien, qui a piloté le projet. Le présent article est tiré de ses textes.


Martin Vaillancourt