Publié 27 novembre 2013 par Martin Vaillancourt dans Pédagogie et technologies
 
 

Entrevue avec Alex Marsolais

Présentations

Je m’appelle Alex Marsolais. Je suis enseignant de 6e année à l’école primaire de la Petite-Bourgogne. La clientèle de mon école est composée très majoritairement d’allophones, l’apprentissage du français représente donc un défi de taille pour nous. J’utilise les ordinateurs de manière vraiment intensive, en ratio 1 pour 1, depuis 3 ans déjà.

Quelles technologies utilisez-vous en classe?

J’utilise 26 portables à temps plein. J’ai aussi 2 caméscopes, 2 appareils photo et un TNI. Ma classe est dotée de 2 bornes sans fil.

À quelle fréquence vos élèves utilisent-ils les technologies en classe? Que font-ils?

Mes élèves utilisent les ordinateurs tous les jours, à raison de 2 à 3 heures par jour. J’utilise le TNI pour introduire les nouvelles notions et donner les consignes de travail. Tout au long de la journée ils réalisent une foule d’activités à l’aide des ordinateurs. Par exemple, en français, les élèves lisent un article d’actualité par semaine et travaillent régulièrement sur des sites d’exercices en ligne. En mathématique, ils font des manipulations réelles et virtuelles. En science, je donne souvent des tests à l’aide de Google formulaire. En univers social, ils visionnent régulièrement des films en lien avec le programme de formation. En après-midi, ils travaillent en ateliers, par petits groupes. De plus, le matin, en arrivant, et en fin de journée, je leur accorde un moment pour faire ce qu’ils veulent. Ils peuvent jouer à des jeux, lire et répondre à leurs courriels, etc. Chose étonnante, beaucoup lisent le journal Métro! Le choix de leur laisser ces moments libre est une stratégie pour me permettre de me concentrer sur les apprentissages le reste de la journée.

Quelles ressources utilisez-vous le plus souvent?

J’utilise les sites Ortholud, Français Facile, AlloProfs, GoMaths, Prezi et bien d’autres! J’utilise souvent les logiciels PowerPoint, Word, Paint.net et MovieMaker.

Avez-vous des petits trucs à partager avec nous?

Je recommande de varier la nature des activités proposées aux élèves : ludique/sérieux, seul/en équipe, simple/complexe, opérationnel/créatif, etc. Je recommande aussi de permettre à l’occasion l’écoute de musique pendant le travail.

Quels sont les bénéfices d’utiliser les TIC en classe?

Les bénéfices sont nombreux, par exemple, il est très facile de partager mes ressources Web avec mes élèves. Sur mon blogue de classe, j’affiche une fois par semaine les travaux et exercices à faire et je mets en lien les sites Web à consulter. Les élèves n’ont qu’à cliquer pour s’y rendre. Il est vrai que la recherche de sites Web correspondant à mes besoins m’a demandé beaucoup du temps. J’ai dû y consacrer une soixantaine d’heures lors de ma première année d’intégration des TIC. Maintenant, j’y consacre une vingtaine de minutes par semaine. Un autre avantage que je vois d’utiliser les TIC en classe, c’est que je peux enseigner presque sans manuel et ainsi respecter les rythmes d’apprentissage de mes élèves. En mathématique, j’utilise Décimale, de ERPI. La collection propose un site Web où on peut retrouver en autres des activités pour les TNI. Cela dit, rien ne remplace les manipulations de matériel concret ni le papier-crayon. En français, la rédaction de texte est grandement facilitée. La structure du texte est plus systématique, on voit clairement les paragraphes, les phrases, etc. Les textes produits par les élèves sont plus longs et beaucoup plus faciles à lire. Ils sont également plus faciles à corriger et à améliorer. Je demande aussi aux élèves d’enseigner aux autres certaines notions. Par exemple pour les homophones, j’en attribue un à chaque élève. Il doit alors produire une fiche explicative sur le TNI (qu’il présentera à la classe), des exercices et un devoir. Ils travaillent donc l’oral, le concept de leur homophone et l’estime de soi. Nous écrivons aussi des histoires pour les maternelles. En mathématique, j’utilise la planification de la collection Décimale. Pour les autres domaines, je fais moi-même ma planification à partir du Programme de formation. Je m’assure dans les deux cas de respecter les besoins de mes élèves. L’utilisation de vidéos en science, en mathématique et en français permet à l’élève de voir d’autres façons d’expliquer et de présenter des notions et concepts.

Comment planifiez-vous les contenus d’apprentissage?

En mathématique, j’utilise la planification de la collection Décimale. Pour les autres domaines, je fais moi-même ma planification à partir du Programme de formation. Je m’assure dans les deux cas de respecter les besoins de mes élèves.

Quels problèmes techniques rencontrez-vous le plus souvent?

Le sans fil pose souvent problème. Parfois, il faut jusqu’à 10 minutes pour se connecter au réseau, dans d’autres cas, c’est l’ordinateur qui perd sa connexion. L’autre problème majeur, c’est que les ordinateurs « gèlent » régulièrement. Il suffit de les redémarrer, mais c’est un gros irritant!

Quelles sont les nouveautés technologiques les plus susceptibles d’être utiles en éducation dans les prochains mois / années?

Je crois que nous sommes arrivés à une sorte de plateau. La prochaine étape sera de démocratiser l’utilisation intensive en ratio 1 pour 1. Je crois que l’enseignement des habilités de base en TIC devrait s’enseigner dès la première année pour permettre aux élèves d’être plus autonomes plus rapidement et ainsi profiter au maximum de la valeur ajoutée des TIC.

De quelle façon pensez-vous pouvoir continuer d’innover avec les TIC?

L’avenir est au partage! J’ai développé une certaine expertise et je crois que je peux échanger et partager mes réussites, et les leurs, avec d’autres enseignants, qu’ils soient moins avancés, tout aussi avancés ou plus avancés que moi!

À propos d’Alex Marsolais

Alex Marsolais enseigne à l’école De la Petite-Bourgogne depuis 14 ans, principalement au troisième cycle. Il est passionné d’art, de musique et de cinéma. Il laisse beaucoup de place à la créativité dans son enseignement et dans les projets qu’il propose à ses élèves. Enseigner à l’aide des nouvelles technologies le photo(1)passionne et le stimule. Il a animé plusieurs ateliers sur ce sujet.

Martin Vaillancourt