0
Publié 19 octobre 2011 par Martin Gagnon dans Adaptation scolaire
 
 

Doit-on évaluer différemment un élève qui utilise les aides technologiques?

Je viens de terminer une série de deux rencontres, avec Jean Chouinard et Josée Labossière, avec des enseignants(es) du primaire et du secondaire en adaptation scolaire. Nous avons posé la question suivante aux participants: Doit-on évaluer différemment un élève qui utilise les aides technologiques?  La totalité des enseignants(es) ont répondu NON.  Bien que la majorité des enseignants(es) en adaptation scolaire répondraient la même chose, beaucoup de titulaires pensent le contraire.

Évaluer un enfant qui utilise les aides technologiques suscite beaucoup de discussion. Je vais tenter de vous expliquer la situation afin de voir un peu plus clair dans ce dossier.

Depuis 2008, le MELS autorise les aides technologiques en évaluation.  La première info sanction autorisait les aides technologiques en écriture.  L’élève pouvait utiliser la synthèse vocale et la prédiction de mots lors des examens institutionnels et ministériels.  En octobre 2010, le MELS a publié une nouvelle info sanction: l’info sanction 10-11-13 .  Depuis l’année dernière, les aides technologiques sont autorisées en situation de lecture en français langue d’enseignement et langue seconde lors des examens institutionnels et ministériels.  Lorsqu’un élève de notre classe utilisent une fonction d’aide, il est important de l’inscrire au PIA (plan d’intervention adapté).

Je réponds positivement à ceux qui se demandent si un élève qui utilise une aide technologique en situation d’apprentissage a le droit de l’utiliser en situation d’évaluation. En ce qui me concerne, j’utilise mes lunettes, parce que j’ai un problème de vision, lorsque je travaille, en formation ou lorsque je passe un examen à l’université.  Il n’est pas question que je les enlève lorsque je passe un examen.

Selon la nature des besoins de nos élèves, nous allons différencier notre évaluation.  Je vous invite à lire l’article suivant:  La différenciation de l’évaluation: Flexibilité, adaptation ou modification et la différenciation pédagogique en évaluation et en apprentissage.

Par exemple, pour un élève du troisième cycle du primaire pour qui le décodage et très lent, l’utilisation de la synthèse vocale en évaluation est une adaptation. Une adaptation pour un élève peut devenir une modification pour un autre. Nous devons traiter cas par cas.

Il est important de se poser les questions suivantes: Où s’arrête l’adaptation dans la compréhension en lecture avec une aide de type synthèse vocale?  Que cherche-t-on à évaluer?  Le décodage, dans un premier temps, ou la construction du sens, ultimement?  Selon le niveau d’apprentissage?

 

Adapter c’est un ajustement ou aménagement qui apportent un changement dans la façon dont se vit la situation d’apprentissage et d’évaluation pour l’élève ayant des besoins particuliers. Le niveau de difficulté des tâches à réaliser, les exigences ou les critères d’évaluation des compétences visées ne sont pas modifiés.

Pénaliser un élève parce qu’il utilise une fonction d’aide est une erreur.  Un élève avec un trouble d’apprentissage comme la dyslexie se retrouve en situation de handicap.  Ses outils deviennent essentiels afin qu’il puissent démontrer ses compétences.

Lorsqu’on parle de modification, il y a changement dans la situation d’apprentissage et d’évaluation qui amène une modification des attentes ou des exigences en lien avec les compétences à évaluer pour un élève ayant des besoins particuliers. Le niveau de difficulté des tâches à réaliser, les exigences ou les critères d’évaluation des compétences visées sont modifiés.  Il est plus rare de modifier un examen pour un élève ayant un trouble d’apprentissage.

Afin de donner des informations aux parents sur la progression de leur enfant, il serait bon d’utiliser les échelles des niveaux  de compétence.

Je termine en vous disant ceci:  Évaluer c’est porter un jugement sur le développement de la compétence de l’élève.  Le jugement est fondé à partir d’une instrumentation et  d’observations.  Que l’élève utilise ou non des aides technologiques, il faut procéder de la même façon.


Martin Gagnon