1.4 Le déroulement de l’atelier

L’atelier d’écriture est un dispositif qui se vit au quotidien et qui est d’une durée d’environ une heure.  Il comporte 3 parties qui ont chacune leur importance:

  • La mini-leçon (15 minutes)
  • L’écriture autonome (30 à 40 minutes)
  • Le partage (15 minutes)

Première partie : La mini-leçon  (15 minutes)

La mini-leçon est un moment réservé à un bref enseignement explicite de procédés et de stratégies d’auteurs.

Durant la mini-leçon, l’enseignant présente des « comment faire» aux élèves afin de faciliter le transfert dans leurs textes.  Le point d’enseignement est noté sur un tableau d’ancrage (vous en trouverez sur notre site pour chacun des genres de texte) afin de permettre à l’élève de s’y référer par la suite durant l’écriture autonome

La mini-leçon est composée de 4 parties, soit :

  • la connexion;
  • l’enseignement;
    • modelage (démonstration)
    • pratique guidée
    • explication par un exemple
    • étude
  • l’engagement actif;
  • le lien.

Voici un aide-mémoire pour la mini-leçon: Aide-mémoire mini-leçon   

Voici un aide-mémoire pour les 4 types d’enseignement:

4 types d’enseignement     

Ci-dessous un canevas de planification d’une mini-leçon :

Canevas de planif. mini-leçon     

 

Ci-dessous un canevas pour planifier une séquence de mini-leçons :

Séquence de mini-leçons     

 

Deuxième partie : L’écriture autonome (30 à 40 minutes)

Pour devenir de vrais auteurs, les élèves ont besoin de beaucoup de temps pour mettre en pratique ce qu’ils ont appris. L’accent est mis sur le processus d’écriture plutôt que sur le texte final.

L’écriture autonome est un moment durant lequel l’élève, de façon autonome, produit un texte sur le sujet de son choix et dans lequel il tente de mettre en application les procédés ou les stratégies enseignés lors des mini-leçons.  L’élève écrit de façon continue durant toute la période.  S’il a terminé son texte, il l’améliore avant d’en commencer un autre, comme le font les auteurs (planifier, rédiger, réviser, corriger).

L’élève peut consulter son partenaire d’écriture pour obtenir du soutien durant l’écriture autonome.

Comme les élèves sont très occupés à écrire, l’enseignant peut offrir de la rétroaction ou de l’enseignement à ses élèves selon leurs besoins en écriture par des entretiens individuels ou des interventions en sous-groupes de besoin.

Troisième partie : Le partage/mise en commun (15 minutes)

Le but du partage est de mettre en valeur les tentatives des élèves à utiliser la stratégie ou le procédé enseigné en mini-leçon.  Cette étape permet de faire une objectivation du travail réalisé en écriture autonome pour que les élèves prennent conscience de l’effet produit par l’utilisation de la stratégie ou du procédé chez le lecteur (métacognition).

Aide-mémoire: Différentes façons d’animer la mise en commun

Un levier pour développer la compétence à écrire!

Aller à la barre d’outils